Aller au contenu principal

Contenu partenaire
[Vidéo] Fabrice Blaise fier de ses 8 années de parcours d’agriculteur éleveur coopérateur

Fabrice Blaise est éleveur de vaches Prim’Holstein dans la Loire. Il produit chaque année 460 000 litres de lait. Aidé par sa coopérative il va amorcer le virage vers le bio pour une meilleure valorisation de ses produits.

« Pourquoi j’irais ailleurs ? Pourquoi je ferais autre chose ? » Fabrice Blaise, agriculteur à Juré, arbore un large sourire en se promenant au milieu de ses vaches au pâturage. Un cadre qui symbolise son exploitation et qu’il savoure au quotidien. « La vie au grand air, c’est plus qu’un métier, » dit-il, « c’est un mode de vie ».

Voir aussi « [Vidéo] Fabien Castelbou, vigneron coopérateur pour « la force du collectif »

Un agriculteur passionné par son métier

L’éleveur laitier à la tête d’un troupeau de vaches Prim’Holstein produit 460 000 litres de lait par an. L’idée de devenir agriculteur est ancrée en lui depuis longtemps. « C’est une passion, je l’ai dans le sang ». Mais quand on n’est pas fils d’agriculteur, le parcours est plus difficile et il faut faire face aux préjugés.

Après un essai de 10 mois dans le métier de charpentier, Fabrice Blaise est entré dans l’agriculture par la porte du Service de remplacement. Sept années pendant lesquelles il a fait ses preuves avant de s’installer. « Je n’ai pas lâché » observe celui qui s’est installé en 2013. Et quand il regarde où il est aujourd’hui, il ose le dire : « je suis fier de ce que j’ai accompli ».

Voir aussi « [Vidéo] Agathe Gaubert, « la coop m’a aidée à construire

Passage au bio soutenu par la coopérative

L’éleveur livre son lait à la coopérative. « Ma coopérative m’a proposé de passer mon exploitation en agriculture bio pour une meilleure valorisation de mes produits, » explique-t-il.

« Pour rien au monde, je ne changerais de métier » assure l’agriculteur qui encourage les jeunes à s’installer. « Si vous avez l’ambition et la volonté, vous y arriverez, » leur dit-il.

Voir aussi : [Vidéo] Benjamin Amblard, « avec l’appui de ma coopérative j’ai pu me diversifier en viticulture »
Voir aussi « [Vidéo] Simon de Boisgelin s'est lancé dans le plantes aromatiques grâce à sa coopérative »
Voir aussi : [Vidéo] Nicolas Delobel : « Ma coop m’apporte de la technicité sur l’agriculture de conservation des sols »

 

Les plus lus

Une pétition lancée pour demander la dissolution de l’association L214
Agacés par les actions menées par l'ONG animaliste, des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour demander…
Plein de gazole non routier
Flambée du GNR : les entreprises de travaux agricoles demandent le remboursement anticipé de la TICPE
La fédération nationale des entrepreneurs des territoires demande le remboursement partiel anticipé de la TICPE sur le gazole non…
vaches limousines avec colliers Nofence sous les pommiers.
« Nous testons les clôtures virtuelles pour faire du pâturage tournant »
Soutenus par le conseil régional et la chambre régionale d’agriculture d’Ile-de-France, Florentin Genty et son frère Germain du…
Pacifica et Groupama annoncent une augmentation de l’assurance récolte de 10 à 25 % en 2022
Chez Pacifica et Groupama, une hausse des primes de l’assurance multirisque climatiques est prévue en 2022. Pour ces Pacifica,…
Le Crédit agricole lance un fonds d’investissement d’1 milliard d’euros pour les filières agricoles
Dans le cadre de la présentation, le 1er décembre, de son «projet sociétal», dont les « transitions agricoles et…
Le PDG d’Ecomiam ne veut pas céder aux « attaques » de l’association L214
Le 8 novembre, l’entreprise Ecomiam dit avoir été « attaquée » par l’association L214. Coups de téléphone, mails, messages…
Publicité