Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un an d’alimentation des brebis laitières

L’alimentation des brebis laitière suit le cycle de production du lait lors de la gestation, l’allaitement, la traite ou la reproduction. Extrait du nouveau guide L’alimentation des brebis laitières.

Des aliments pour faire du lait. Le premier guide sur l’alimentation des brebis laitières est paru cet automne. Il a été rédigé par le Comité national brebis laitières (CNBL) et s’est appuyé sur les recommandations d’alimentation des ruminants éditées par l’Inra en 2018 ainsi que par le projet Casdar Autelo mené de 2015 à 2019. Le guide pratique (15 euros sur acta-editions.com) s’organise autour de quatre périodes clés du cycle de production de la brebis laitière : la gestation, l’allaitement, la période de traite exclusive et la reproduction.

Destiné aux techniciens comme aux éleveurs, le guide aborde les spécificités des races et des systèmes d’élevage propres à chaque zone traditionnelle de production. De quoi aider les 4 500 exploitations, qui élèvent 1 575 000 brebis laitières, dans la zone de production de l’AOP Roquefort, dans les Pyrénées-Atlantiques, en Corse mais aussi dans toute la France pour faire des fromages fermiers ou livrer le lait.

Des fourrages de qualité pour faire du lait

Le cycle de production reste saisonné avec des mises bas qui ont généralement lieu à l’automne ou en début d’hiver et des agneaux qui sont allaités un mois avant d’être vendus ou conservés pour le renouvellement ou l’engraissement. La période de livraison du lait ou de fabrication de fromages débute avec le sevrage des agneaux et se termine en fin de printemps ou dans le courant de l’été.

Cependant, les conduites d’élevage évoluent. Aujourd’hui, plus d’un tiers des éleveurs de la zone roquefort démarrent la traite entre septembre et novembre et plus de 5 % après le 1er mars. Cela entraîne des besoins supplémentaires en stock fourrager pour l’hiver ou pour l’été. En Pyrénées-Atlantiques, le cahier des charges de l’AOP Ossau-Iraty précise que la période de traite doit être comprise entre novembre et août et ne doit pas excéder 265 jours. De ce fait, si la traite commence généralement entre mi-novembre et fin décembre, la fin de traite s’étale en revanche de début juin pour les troupeaux montant en estive après le tarissement à fin août pour ceux poursuivant la traite.

L’alimentation est au centre de toutes les problématiques de l’éleveur. Elle impacte en effet l’état de santé de l’animal, ses performances laitières et sa fonction de reproduction. Elle est également très liée à la qualité du lait, que ce soit au niveau du TB et du TP qu’au niveau bactériologique.

Si le calcul des rations est important, l’œil de l’éleveur est aussi primordial. Surveiller l’ingestion, les fèces ou l’état d’engraissement reste la base de l’alimentation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Le site boutique.agneaudelaitdespyrenees.com propose des agneaux à commander jusqu'au 8 avril.
Un drive d’agneau de lait des Pyrénées en Béarn et Pays Basque
Dans les Pyrénées-Atlantiques, les coopératives Caoso, Axuria et AOBB se sont unies pour organiser une vente directe et proposer…
Bruno Damiens, éleveur de brebis allaitantes en Ardèche.
[Les éleveurs ovins face au coronavirus – 1] Des annulations et des incertitudes
Face aux mesures de confinement pour tenter d'endiguer l'épidémie de covid-19, les filières agricoles tentent de s'organiser. La…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre