Aller au contenu principal

Alimentation
Sevrer les agneaux plus tard coûte plus cher aujourd’hui

Dans le contexte actuel de flambée du prix des céréales et des protéines végétales, retarder le sevrage des agneaux apparaît comme une piste pour économiser sur le concentré. La conclusion de l’étude menée à Carmejane est plus mitigée.

Sevrer plus tardivement ses agneaux n'est pas forcément un bon calcul pour l'éleveur qui devra maintenir plus longtemps la ration des brebis à un haut niveau nutritionnel.
Sevrer plus tardivement ses agneaux n'est pas forcément un bon calcul pour l'éleveur qui devra maintenir plus longtemps la ration des brebis à un haut niveau nutritionnel.
© Idele

Pour la production d’agneaux de bergerie, l’apport de concentrés représente une charge importante, notamment au vu de la situation actuelle, avec une hausse incontrôlée des prix matières premières.

Pour tenter de réduire ce coût, il a été testé sur la ferme expérimentale de Carmejane, dans les Alpes de Haute-Provence, de retarder l’âge au sevrage des agneaux. L’hypothèse étant qu’un sevrage plus tardif des agneaux pourrait permettre une substitution de l’aliment concentré consommé par le lait maternel.

Un sevrage repoussé mais des brebis plus consommatrices

Deux lots d’essais ont été conduits, dont un lot témoin sevré autour de 70–75 jours d’âge, appelé lot « classique » et un lot essai sevré autour de 95–100 jours d’âge, appelé lot « tardif ».

À partir de 70 jours d’âge des agneaux, les brebis du lot classique étaient taries puis alimentées au foin de graminées première coupe. Les brebis du lot tardif étaient alimentées d’un mélange foin de graminées première coupe, foin de luzerne deuxième coupe et de maïs grain jusqu’au tarissement à 95–100 jours d’âge des agneaux. Les agneaux des deux lots disposaient d’un mélange composé d’un tiers de maïs, un tiers d’orge et d’un tiers de complémentaire azoté du commerce à 24 % de MAT, distribué à volonté, tout comme la paille.

Les consommations des animaux des deux lots ont été mesurées, les performances de croissances des agneaux, les qualités des carcasses des agneaux et le temps de travail nécessaire aux différentes conduites a été évalué.

Concernant les performances des agneaux, il n'a pas été observé de différence significative sur les croissances ou la qualité de carcasses des agneaux. Il y a eu seulement une différence de rendement carcasse (48,6 % pour le lot classique contre 49,2 % pour le lot tardif) ce qui a entraîné un poids de carcasse légèrement supérieur pour le lot tardif. Concernant les consommations, les agneaux du lot tardif ont consommé 4 kg de concentré en moins que ceux du lot témoin soit 10 %. Toutefois, les brebis du lot tardif ont consommé 12,5 kg de maïs et 24 % de fourrage en plus.

30 centimes de plus pour des agneaux tardifs

Le temps de travail nécessaire à la conduite du lot tardif a été augmenté de 70 %, essentiellement à cause de l’augmentation du temps de travail pour trier les agneaux pour l’abattoir du fait d’installations moins adaptées lorsque les agneaux étaient encore sous les mères par rapport à la bergerie d’engraissement.

Dans le contexte économique actuel (prix des matières premières et des agneaux), le solde sur coût alimentaire (prix des agneaux–coût de l’alimentation) du lot tardif est supérieur de 30 centimes à celui du lot classique. Ce résultat est à mettre en regard du temps de travail correspondant à chaque mode de conduite.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

Elisa Morel : « Très attachée au massif vosgien, le cédant m’accompagne dans la reprise de l’exploitation, en me laissant libre sur les choix de conduite à venir. »
"Je suis accompagnée par le cédant dans la reprise de l’exploitation"
Elisa Morel, 23 ans, en stage pré-installation au sein de sa future exploitation, est tombée sous le charme de la race Hampshire…
Les associés du Gaec Gwenn Ha Du, dans l'Ain, ont le souci de valoriser au mieux les surfaces en herbe par un système 100 % basé sur le pâturage.
Un système ovin économique en argent et en temps de travail
Dans l’Ain, Guillaume Diquélou a mis sur pied un élevage ovin basé sur la valorisation de l’herbe et la réduction du temps de…
Garisse Tavernon a repris l'élevage à la suite de son père. Il valorise ses agneaux sous le label rouge Agneau du Bourbonnais.
J’ai fait le CS Ovin pour conforter ma reprise de l’exploitation familiale
Garisse Tavernon a repris l’exploitation de son père lors du départ à la retraite de celui-ci. Le CS ovin lui a permis de…
Les prairies sont bien souvent la première source de nourriture pour les brebis.
Les bons plans pour rénover les prairies pour ses ovins
Pour un éleveur de moutons l’entretien de ses prairies est aussi important que le soin apporté à ses brebis. Patrice Pierre,…
La brouette distributrice est tirée par un moteur de tondeuse à gazon et la roue arrière, mobile et centrale, permet de la diriger facilement.
Une brouette automotrice distributrice
    Jean-Paul Béthencourt, éleveur de 600 brebis allaitantes dans le Pas-de-Calais. © B. Morel « La bergerie n’est pas conçue…
Les premières étapes de l'éducation du chiot sont les ordres de base, le bien et le mal; l'apprentissage de son nom...
Éducation de base du chiot et principes d’apprentissage
L’éducation d’un jeune chiot commence dès son arrivée. Elle consiste en l’apprentissage de son nom, de la notion du bien et du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre