Aller au contenu principal

Ovin bio : quels leviers pour étaler la production ?

Lors du salon Tech & bio, en septembre dans la Drôme, l’Idele, l’Itab et l’Inrae ont animé une conférence autour des pratiques de désaisonnement en ovin bio.

Le projet ReVaBio a pour but de proposer des solutions aux éleveurs ovins bio pour tirer la meilleure valorisation possible de leurs agneaux.
© B. Morel

 

 
Lors du salon Tech&Bio, Vincent Bellet, de l'Institut de l'Élevage, a présenté le projet Revabio.
Lors du salon Tech&Bio, Vincent Bellet, de l'Institut de l'Élevage, a présenté le projet Revabio. © A. Tournier

 

Améliorer le taux de commercialisation d’agneaux sous le label agriculture biologique : voilà l’objectif du projet Casdar Revabio (RÉgularité des Ventes clé de développement de l’Agneau BIOlogique). Trois axes de travail ont été établis : analyser les techniques d’étalement de la production, étudier les complémentarités et les concurrences entre les systèmes et les bassins de production, et analyser l’impact des techniques d’étalement et de finition sur la viande d’agneau.

Un travail présenté lors du salon international Tech & Bio en septembre dernier. Car si les installations et conversions en ovins bio s’accélèrent, il manque toujours des volumes lors de certaines périodes. « Il y a une vraie problématique autour de la régularité des apports. Les agneaux – en zone herbagère notamment – arrivent à l’automne, à l’heure où la consommation n’est pas très bonne », résume Vincent Bellet, de l’Institut de l’Élevage.

Alors, bien sûr, il faudrait davantage sensibiliser le grand public au travers d’opérations de communication, comme la campagne « Agneau d’automne » d’Interbev. Mais pour l’heure, cette question demeure : comment faire correspondre l’offre et la demande ? « La question de l’étalement de la production est fondamentale en élevage ovin. C’est encore plus important en bio, en raison de l’interdiction des traitements hormonaux. »

À l’échelle d’un élevage, le désaisonnement (agnelage à contre-saison) et le report de l’âge d’abattage des agneaux sont les principaux leviers pour y parvenir. À l’échelle nationale, on peut jouer sur la complémentarité des différents bassins de production. « Plus on va vers le sud, plus on a des races rustiques qui vont désaisonner plus facilement. Dans les bassins herbagers de la moitié nord, comme on ne peut pas utiliser de traitements hormonaux, on peut changer de race, pour utiliser une race qui désaisonne, voire recourir au désaisonnement lumineux.  »

La congélation des carcasses a également été évoquée, notamment pour la restauration hors foyer (cantines, etc.). Pour autant, il reste nécessaire de veiller – dans le même temps – à la disponibilité des ressources alimentaires naturelles, afin d’éviter les intrants. Et de fait, réduire les coûts afin de gagner en valeur ajoutée et en revenu.

Les plus lus

Pâturage tournant dynamique
"Avec 100% de pâturage tournant dynamique pour notre troupeau ovin, nous sommes en phase avec le changement climatique"
Julie et Thimoléon Resneau sont éleveurs de brebis allaitantes à Pomy dans l’Aude depuis 2006. Leur troupeau de Rouge du…
Darius Filipiak, 29 ans, s'est installé dans le Lot après un CS ovin et plusieurs expériences professionnelles en élevage ovin.
« J’arrive à vivre avec mes 250 brebis, élevées en plein air intégral »
Darius Filipiak, 29 ans, passionné par l’élevage de brebis, s’est installé en 2019, à Montcuq dans le département du Lot, avec…
2024, année des noms en "V" : des idées amusantes pour vos chiens, béliers et brebis préférées
 Attribuer une lettre initiale aux prénoms chaque année permet de savoir facilement l’âge d’un animal, qu’il s’agissent de…
Alexis et Jean Gratton, deux des cinq associés du Gaec Le Pay : « Notre objectif aujourd’hui est de développer la vente de reproducteurs, en maintenant la vente directe, ...
« Nous calons un planning pour des agneaux toute l’année »
Au Gaec Le Pay, l’utilisation de la Charmoise et le désaisonnement lumineux ont permis de produire des agneaux toute l’année en…
Un voyage en hiver
Un  voyage en hiver a reçu le grand prix du jury du festival pastoralisme et grands espaces.
Le matin est consacré aux cours théoriques. Ce jour-là, Catherine enseigne les grands chiffres de la filière ovine française.
Une journée avec une classe en certificat de spécialisation Ovin
Sur le campus de Mirecourt, niché au cœur des Vosges, Catherine Falcoz et Ingrid Voinson dirigent une formation professionnelle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre