Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Où sont les brebis françaises ?

Si l’on rencontre des détenteurs d’ovins sur toute la France, les élevages ovins professionnels sont plutôt concentrés dans le Sud, dans des systèmes spécialisés ou en association avec des bovins.

La base de données nationale d’identification (BDNI) compilant notamment les données des recensements effectués annuellement par les éleveurs et envoyés à leur établissement départemental de l’élevage (EdE) permet de mieux connaître la production ovine sur le territoire français. Les données de l’année 2013 ont été extraites et analysées par l’Institut de l’Élevage. Le nombre d’éleveurs de plus de 50 têtes ayant demandé l’aide aux ovins en 2013 était de près de 21 400 pour 5,147 millions de brebis, quelque 16 600 éleveurs de 3,8 millions de brebis allaitantes et 4 640 éleveurs de 1,5 million de brebis laitières. Mais la production ovine se caractérise par un nombre important de petits détenteurs. Ainsi, toute taille de troupeau confondu, on comptait en fait un peu plus de 71 000 détenteurs en ovins allaitants et 6 000 en ovins laitiers.

Plus de 50 % des éleveurs ovins viande recensés ont moins de 10 brebis, et 25 % en ont entre 10 et 50. Les éleveurs professionnels représentent donc moins du quart des détenteurs, mais 85 % des effectifs de brebis. Les petits détenteurs sont notamment localisés en Bretagne et en Normandie, mais aussi dans le Limousin et dans les Pyrénées. Quant aux troupes de plus de 50 brebis, on les retrouve plus particulièrement en Poitou-Charentes, Limousin, Midi-Pyrénées, Provence-Alpes-Côte D’Azur… La taille moyenne des troupes « professionnelles » de plus de 50 brebis s’étale de 90 en Corse à 414 en Paca, mais elle est comprise dans la plupart des régions entre 150 et 250 brebis.

Les ovins souvent associés aux bovins

À l’échelle de la France, la moitié des troupes ovines allaitantes se rencontrent dans des exploitations où ils sont la seule production animale. Ces systèmes dominent notamment en Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Paca, Aquitaine, Poitou-Charentes et Rhône-Alpes. Par contre, en Limousin, Auvergne, Bourgogne et Franche-Comté, les troupes ovines se rencontrent le plus souvent dans des exploitations mixtes bovin-ovins.

Sans surprise, les ovins laitiers se retrouvent principalement dans les Pyrénées-Atlantiques, l’Aveyron et son pourtour (Tarn, Lozère, Gard, Hérault) et en Corse, même si l’on retrouve aussi quelques troupes disséminées sur tout le territoire, notamment dans le Sud et Sud-Est de la France. La taille moyenne des troupeaux laitiers « professionnels » est de 331 brebis, 235 en Corse, 285 dans les Pyrénées Atlantiques, et 412 en Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon. Dans le bassin des Pyrénées Atlantiques, les ovins laitiers sont à 40 % associés avec une production de bovins et à 30 % avec un autre atelier animal. Dans le bassin aveyronnais de même qu’en Corse, on les retrouve par contre à plus de 60 % dans des exploitations où ils sont la seule production animale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre