Aller au contenu principal

« Nos brebis produisent plus mais deviennent moins rustiques »

Tout en améliorant leur autonomie en fourrage, Luc Mirman et Jérémie Valles expliquent comment ils ont augmenté la productivité de leurs brebis malgré les contraintes.

Luc Mirman et Jérémie Valles, éleveurs de brebis laitières bio en Lozère (450 brebis, 260 hectares)
Luc Mirman et Jérémie Valles, éleveurs de brebis laitières bio en Lozère (450 brebis, 260 hectares)
© GAEC Biofonts

« Le point fort de notre exploitation est que nous utilisons presque uniquement des fourrages (foin et enrubannage), et finalement il est possible de faire du lait en quantité avec très peu d’aliments achetés (4,5 tonnes de tourteau pour 450 brebis sur toute la saison de traite et 15 tonnes de luzerne déshydratée). Depuis trois ans, nous implantons du colza fourrager en interculture, et il pousse bien. Nous avons même pu en enrubanner en octobre 2022 tellement il y avait de quantité. La plante miracle de notre région reste tout de même la luzerne, dont les brebis raffolent et qui résiste bien en période de sécheresse. Elle permet une bonne production d’environ 350 litres par brebis, même si la luzerne ne donne pas de très bons taux protéique et butyreux.

Nous avons commencé l’affouragement en vert il y a cinq ans, suite à l’achat d’une faucheuse-récolteuse d’occasion. Ce changement d’alimentation a permis de diviser par deux la surface en pâturages. En effet, la machine permet une coupe nette de la plante, qui est entièrement consommée. Les brebis n’ont alors besoin que de 15 hectares au lieu de 30 destinés au pâturage. Avec moins d’énergie dépensée pour se déplacer (parcellaire très morcelé et éloigné de la bergerie), elles produisent plus. En revanche, les brebis deviennent de moins en moins rustiques. Avec le temps, nous avons du mal à remettre sur pieds une brebis malade, nous pouvons les considérer telles des formules 1, il ne faut pas que la machine s’enraye. De plus, nous devons traire de plus en plus tôt l’été afin qu’elles puissent pâturer quelques heures, avant que la température monte et qu’elles refusent de manger. C’est un système qui reste rémunérateur, mais pour s’en sortir on devient esclaves de nos bêtes. Ces contraintes posent problème pour trouver un salarié et encore plus à terme, pour transmettre l’exploitation. »

Les plus lus

Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Emilien Chaillou avec ses brebis lacaune.
« En Bretagne, nous désaisonnons nos brebis laitières en bio »
En Ille-et-Vilaine, Émilien Chaillou et Johanna Colleau conduisent leurs brebis laitières en bio et à contre-saison pour répondre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre