Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Marion a choisi un métier passion

En élevant 350 brebis laitières dans le Pays basque, Marion Chomel a choisi un métier prenant mais passionnant.

Marion Chomel aime témoigner du quotidien de son métier d'éleveuse.  © D. Bibbal/Artgrafik
Marion Chomel aime témoigner du quotidien de son métier d'éleveuse.
© D. Bibbal/Artgrafik

À 20 ans, certains ont envie de faire le tour du monde. Marion Chomel, elle, voulait s’installer en élevage ovin laitier dans le Pays basque. « J’ai découvert le métier d’éleveuse, lorsque je venais passer mes vacances dans la famille de mon grand-père. J’ai tout de suite adoré la traite, donner à manger aux animaux, être dehors… J’ai donc décidé de quitter ma Bretagne natale, mes amis et mes parents pour réaliser mon rêve », explique la jeune femme d’aujourd’hui 27 ans.

Après ses études à l’ESA d’Angers, elle enchaîne stages et formations ovines avant de s’associer en 2016 avec Marie-Hélène, une cousine de sa mère. « Nous sommes aujourd’hui deux sur 34 hectares, des prairies majoritairement, avec 350 brebis manech tête rousse ». Le lait AOP ossau-iraty est vendu à la fromagerie des Chaumes et les agneaux de lait sont vendus en label rouge, deux produits locaux et tracés.

Moins de force mais plus d’astuces

De décembre à août, les journées sont rythmées par la traite deux fois par jour. Les brebis pâturent tous les jours de l’année, une à huit heures par jour, en fonction de la météo. « J’apprécie ce métier car il offre un travail varié, en autonomie et en contact avec la nature et les animaux. Il y a des liens forts qui se créent avec les brebis. On connaît leur histoire, leurs familles, leurs habitudes. Elles ne sont pas toutes pareilles et le métier d’éleveurs consiste à repérer les changements d’attitudes des animaux. »

Par rapport aux bovins, le gabarit de la brebis rend sa manipulation plus aisée par des femmes. « Par contre, nous avons moins de force que les garçons, donc nous avons des petites astuces pour nous simplifier la vie. Je vois la différence quand mon copain m’aide à la ferme, il ne sait pas forcément comment les appeler ou bien se positionner pour que les brebis avancent bien… » Les chiens sont aussi une aide précieuse pour déplacer le troupeau en douceur.

La bienveillance des mâles agricoles

La ferme de Marie-Hélène et Marion est propre et bien ordonnée. Par exemple, un coup de balai est passé sur les quais après chaque traite. « C’est plus agréable de travailler dans un endroit propre », reconnaît Marion. Dur d’être une femme dans un milieu masculin ? « Pas forcément. Il y a une forme de bienveillance et je n’ai jamais ressenti de rejet ou de moquerie. » Les membres de la Cuma assistent spontanément Marion pour atteler ou dételer un engin. « J’appelle facilement le président de la Cuma quand j’ai un souci mécanique et il m’aide bien volontiers ». Les femmes ne sont d’ailleurs pas si isolées que ça dans le monde agricole. Par exemple, il n’y a que des agricultrices dans le groupe qui se forment ensemble à la comptabilité avec l’association de gestion.

En choisissant l’élevage ovin par passion, Marion accepte aussi les contraintes de l’astreinte. D’autant que, en étant associé, il est plus facile de partir en vacances ou en week-end qu’en étant seul. « En fait, je n’ai pas spécialement envie de partir pour l’instant », sourit le petit bout de femme aux yeux pétillants. Plutôt des brebis qu’un tour du monde…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre