Aller au contenu principal

L’Ipampa lait de brebis, un indicateur de suivi de l’évolution des charges d’exploitation

L’indice des prix d’achat des moyens de production agricole, ou Ipampa, est publié tous les mois par l’Institut de l’élevage. Il permet de suivre l’évolution des prix des matières premières et services utilisés en agriculture.

Publié mensuellement par l’Institut de l’élevage, l’Ipampa lait de brebis (Indice des prix d’achat des moyens de production agricole) permet de suivre l’évolution des prix d’une partie des biens et des services utilisés par les exploitants pour leur activité d’élevage.

Son élaboration est basée sur l’analyse des différents postes de charges des 108 exploitations suivies en 2015 dans le cadre du Rica (Réseau d’information comptable agricole), représentatives des 3 735 exploitations professionnelles qui étaient alors présentes dans les trois principales régions de production de lait de brebis : l’Occitanie, les Pyrénées-Atlantiques et la Corse.

Charges courantes et d’investissement

Pour une pondération plus fine du poste aliments achetés (fourrages et concentrés) ce travail a été complété en mobilisant les données issues des suivis d’appui technique SIEOL (système d’information en élevage ovin lait). Le suivi de l’évolution du panier de charges nécessaires à la production de lait de brebis qui a été ainsi calculé est assuré en mobilisant les indices d’évolution du prix des biens et des services diffusés chaque mois par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) et le SSP (service statistique public).

Composé de dix postes de biens et services de consommation courante (aliments achetés, frais d’élevage et frais vétérinaires, engrais et amendements, énergie, entretien du matériel et des bâtiments…) et deux postes de biens d’investissement (matériel-installations et bâtiments), l’Ipampa lait de brebis permet de suivre l’évolution de 72 % des charges utilisées pour déterminer le résultat courant des exploitations et 50 % des charges composant le coût de production.

En effet, un certain nombre de charges ne sont pas intégrées dans le champ de l’Ipampa. Il s’agit des travaux par tiers, des fermages et impôts fonciers, des frais de personnel, des charges sociales exploitant et des frais financiers, pour lesquels l’Insee ne produit pas d’indice mensuel. Il en est de même pour le coût de la main-d’œuvre exploitant et des capitaux propres pris en compte dans le calcul du coût de production.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre