Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les prédateurs en question

La Fédération nationale ovine (FNO) a profité du SIA pour lancer une opération de communication sur les prédateurs et en particulier le loup. Elle a placardé des affiches autour des cases des ovins et vendredi 25 février, Frank Dieny, éleveur en Paca, est intervenu sur le ring ovin pour expliquer le malaise actuel face à ce problème que rencontrent les systèmes pastoraux. « Nous avons décidé en décembre dernier une rupture dans la conduite de ce dossier, car ce qui est mis en place ne fonctionne pas. Nous avons besoin de mesures efficaces, d’une véritable gestion des prédateurs, de prélèvements", explique-t-il. Un éleveur de Gap a récemment aperçu une meute de six loups autour de son troupeau qu’il a rapatrié en bas de l’estive. Il a été attaqué le lendemain et a préféré partir le surlendemain. Un autre à Briançon en a vu huit. "Il y a beaucoup de loups sur le terrain, ils se montrent car ils ne sont pas inquiétés, il y a urgence à faire comprendre à ces prédateurs que c'est dangereux de s'approcher d'un troupeau".
La FNO, qui ne souhaite plus siéger au groupe national loup, a décidé de renforcer les actions de communication vers les pouvoirs publics et le grand public. Le salon était l’occasion de commencer avec cette opération « les prédateurs, le point noir de l’élevage ovin ». Elle informe le grand public dans un tract que « une vingtaine d’ours et plus de 200 loups vivent aujourd’hui librement en France », que « plus de 4000 brebis, 200 chèvres et 50 bovins sont ainsi tués chaque année dans des souffrances contraires au bien-être animal, en induisant d’importantes pertes économiques pour les éleveurs ».

COMPÉTITIVITÉ EN MONTAGNE

La profession envisage une opération de plus grande envergure le 21mai prochain à Paris avec présence de moutons pour sensibiliser le grand public et les médias. « La moitié des brebis sont en montagne. Mais nous n’y avons pas les mêmes conditions de reconquête ovine que les autres régions, note Frank Dieny, il y a un décalage de compétitivité.Des surfaces sont de moins en moins pâturées, ou délaissées. Cela ne peut pas durer. »







Retrouvez Pâtre sur Facebook


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre