Aller au contenu principal

Les AOP laitières face à de nombreux défis

Entre hausse des matières premières, sécheresse et inquiétudes sur le pouvoir d’achat, le moral des AOP laitières n’était pas au beau fixe à l’assemblée générale du Cnaol.

La question de la valeur est centrale pour les AOP. Sa répartition et la transparence de la part de tous les acteurs ne sont pas toujours évidentes et ont été longuement discutées lors de l'assemblée générale des appellations dans le Jura.
La question de la valeur est centrale pour les AOP. Sa répartition et la transparence de la part de tous les acteurs ne sont pas toujours évidentes et ont été longuement discutées lors de l'assemblée générale des appellations dans le Jura.
© V. Hervé-Quartier

Les cinquante et une AOP laitières françaises se sont réunies pour leur assemblée générale annuelle à Labergement-Sainte-Marie (Doubs). Accueillies par les AOP Morbier et Mont d’or, elles ont débattu de la valorisation économique des appellations d’origine.

La question de la valeur est centrale pour les AOP. Sa répartition et la transparence de la part de tous les acteurs ne sont pas toujours évidentes. Les éleveurs étant souvent encouragés à détailler leurs coûts de production, ceux des transformateurs et distributeurs, eux, le sont rarement, créant un déséquilibre dans les relations. « Économie et rémunération sont des sujets tabous dans nos métiers. Nous devons permettre à chacun de vivre de son travail. C’est le plus difficile, car cela ne se décrète pas ! » a rappelé Hubert Dubien, le président du Cnaol.

Inquiétudes sur la consommation

« Il y a en France une vraie dynamique des AOP en volume et en valeur, a présenté en introduction Jean-Marc Chaumet de l’interprofession laitière. 25 % des fromages produits en France sont sous AOP et représentent un tiers du chiffre d’affaires fromager ! Près de 90 % des éleveurs de brebis produisent pour au moins une AOP et 40 % du lait est valorisé en AOP. »

Hubert Dubien a également rappelé l’équilibre fragilisé des filières AOP à court et moyen terme : « Entre pression du foncier, renouvellement des générations, difficultés à recruter, sécheresse et bouleversements climatiques, les défis se multiplient ». Malgré la notoriété en progression du logo AOP, le président du Cnaol s’inquiète des conséquences de l’inflation sur le pouvoir d’achat et la consommation. Les premières tendances de l’année montrent une consommation en léger retrait. Les produits d’appellation étant avant tout des produits « plaisir » et plus haut de gamme, ils pourraient être particulièrement touchés.

Définir des indicateurs économiques

Le projet AOP laitière durable dévoilé en 2021 se déploie progressivement. « L’objectif est de finaliser les indicateurs de suivi au niveau du Cnaol, pour ensuite mener le travail de réouverture et modification des cahiers des charges, en lien avec l’Inao, pour 2030 », a indiqué le président.

Le loup, menace pour le pâturage

Plusieurs sujets d’actualité ont également été abordés, notamment l’attente du décret sur la mention « fermier » permettant de sécuriser le cadre des produits transformés à la ferme et affinés à l’extérieur. La présence de plus en plus forte du loup a également été évoquée, car elle remet en cause pastoralisme et pâturage.

Parmi tous ces défis, Hubert Dubien a tenu à conclure sur une note positive : « Je suis confiant. Nous avons toujours su nous adapter, et le consommateur est notre principal allié. Nous lui offrons ce que nos terroirs ont de meilleur : le bon, le goût, l’authenticité. »

Nutri-Score : exemption pour les AOP

« Le Nutri-Score n’est pas compatible avec nos AOP, nous demandons une exemption », a rappelé le président du Cnaol, Hubert Dubien, dans son discours. Plusieurs actions ont eu lieu aux niveaux national et européen dans ce sens, et tout récemment, l’autorité italienne de la concurrence s’est prononcée contre.

Fiscalité et restauration collectives menacées

Sébastien Vignette, secrétaire général à la Confédération de Roquefort, à la pointe sur ce sujet, est intervenu pour rappeler que le Nutri-Score « malmène de façon injuste l’image de nos produits. Au-delà de l’étiquetage, c’est la fiscalité et notre place en restauration collective qui pourraient être impactées. Et le ripolinage de l’algorithme présenté il y a quelques semaines est insatisfaisant, avec des gains limités, voire une régression pour certains fromages. Ce système ne prend pas en compte les additifs, les acides gras saturés, les micronutriments d’intérêt, le degré de transformation, et n’éduque pas à la portion ! » Il a appelé à l’unité et aux actions collectives sur ce sujet.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre