Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’effet cocktail des boues d’épandage sur la fertilité

Un programme de recherche européen a montré que l’exposition de brebis en gestation à des contaminants chimiques présents dans les boues d’épuration épandues sur les pâturages entraîne des altérations des fœtus.

L’épandage de boues urbaines sur les prairies semble avoir de sérieuses conséquences sur la fertilité des brebis lorsqu’elles sont exposées durant leur vie fœtale. © C. Gloria
L’épandage de boues urbaines sur les prairies semble avoir de sérieuses conséquences sur la fertilité des brebis lorsqu’elles sont exposées durant leur vie fœtale.
© C. Gloria

L’épandage de boues issues de station d’épuration sur les sols agricoles est une pratique courante en Europe où des dizaines de tonnes de matière sèche sont épandues chaque année en servant de fertilisant. Ces boues peuvent contenir des éléments traces métalliques (cuivre, chrome, plomb, etc.), des micropolluants organiques (pesticides, HAP), des polluants émergents (résidus pharmaceutiques, perturbateurs endocriniens). Un projet européen, mené par l’Inra en France et l’Institut James Hutton et les universités de Nottingham et d’Aberdeen au Royaume-Uni, a montré les effets délétères de ces contaminants chimiques sur les brebis et leurs fœtus en pâture sur ces champs.

Des conditions de terrains pour l’expérimentation

Inséminés au même moment, cinq lots de 14 brebis Texel ont été placés sur des prairies écossaises ayant reçu ou non des boues d’épuration puis euthanasiées après 140 jours de gestation. « Nous avons mis les brebis en conditions de terrain avec un épandage de 225 kilos de boue par hectare et, conformément à la réglementation européenne, un pâturage au moins trois semaines après l’épandage, explique Corinne Cotinot, chercheuse à l’Inra de Jouy-en-Josas. Les boues respectaient les limites seuils à ne pas dépasser pour chacun des polluants ».

Masculinisation des agnelles et fœtus de faible poids

Premier enseignement, le poids des fœtus femelles des brebis exposées (3,6 kilos en moyenne) est très inférieur à celui des fœtus dont les mères ont pâturé sur des prairies saines (5 kilos). La distance ano-génitale, entre l’anus et la base du sexe, est aussi plus importante chez les animaux sur pâture contaminée que sur les pâtures saines. « Cette observation traduit une masculinisation des femelles liées à un surplus de substances ayant un effet semblable aux androgènes » commente Corinne Cotinot. Autre changement observé, les glandes thyroïdiennes des brebis contaminées étaient plus lourdes (308 mg) que celles sur pâture saine (220 mg). Le poids de l’utérus est aussi plus réduit chez les brebis contaminées. En observant le développement des ovaires fœtaux, les chercheurs franco-britanniques ont compté beaucoup moins de follicules (précurseurs des ovules) en bon état. « Cette altération du stock d’ovocytes fœtaux aura des conséquences à long terme sur la fertilité des femelles adultes » craint Corinne Cotinot. L’étude a aussi montré que l’exposition pendant la deuxième moitié de la gestation est la plus néfaste en termes de diminution du nombre d’ovocytes sains. Or, le nombre d’ovocytes présents dans l’ovaire à la naissance est déterminé pendant la vie fœtale pour toute la vie de l’individu.

Au-delà des effets sur les animaux et leur capacité à se reproduire, ces résultats interrogent sur les effets potentiels des polluants sur la santé reproductive des humains. « De très faibles doses de chacun des contaminants peuvent induire des effets délétères car il existe un effet synergique des dizaines voire des centaines d’autres composés chimiques présents dans l’environnement, conclut la chercheuse. C’est la dangerosité de l’effet cocktail. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre