Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le pérail se tourne vers l’IGP

Après avoir vu sa demande d’AOP rejetée par l’Inao en juin, l’association pour la défense et la promotion du pérail se tourne vers l’IGP.

Son histoire a failli s’achever lors de l’industrialisation du roquefort. Mais le pérail a tenu bon, grâce à une poignée d’irréductibles producteurs et fromagers qui ont pérennisé la tradition et maintenu à flot le petit palet de brebis. Aujourd’hui, la poignée s’est muée en un millier d’exploitations agricoles et environ 140 emplois découlent du travail du pérail en fromagerie. L’association du pérail, présidée par Jean-François Dombre, producteur fromager, milite depuis de nombreuses années pour faire reconnaître officiellement le caractère particulier de ce produit de terroir. Après une sévère déconvenue lors de la demande d’obtention de l’AOP auprès de l’Institut national des appellations d’origine (Inao), avec près de 70 % de réponses négatives données par les membres du comité des AOP, l’association n’a pas pour autant abandonné son combat. Les membres de l’association du pérail ont appris de leurs erreurs et ont compris les raisons du refus de l’Inao : un cahier des charges trop hétérogène, avec des fabricants aux profils variés (industriels, fermiers, artisans) et une recette pas assez précise.

L’IGP plus cohérente avec la fabrication du pérail

Qu’à cela ne tienne, les membres de l’association sont investis aujourd’hui dans la démarche vers l’obtention de l’IGP, plus adaptée au mode de fabrication du pérail. En effet, la fameuse pastille bleue et jaune reflète davantage un savoir-faire et une qualité liés à une origine géographique, avec néanmoins un cahier des charges plus souple qu’avec les AOP. « Avec 1 000 tonnes fabriquées par an, le pérail a vraiment besoin de cette protection, explique Jean-François Dombre. Si nous avions demandé l’AOP lors du nouvel essor du pérail dans les années soixante-dix, nous l’aurions sans doute obtenue. Mais personne n’avait alors imaginé l’ampleur qu’il prendrait en 40 ans. » D’après le président de l’association, la directrice de l’Inao s’est engagée à ce que le pérail obtienne son IGP dans les trois prochaines années. En attendant, l’association du pérail va se transformer en organisme de défense et de gestion (ODG) dont les statuts seront officiellement validés et reconnus par l’Inao.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre