Aller au contenu principal

DOSSIER
L'agneau Lacaune a enfin la place qu'il mérite

En quelques années, l’agneau Lacaune a conquis ses lettres de noblesse, grâce à une filière rassemblée et une efficace opération commerciale qui l’associe au patrimoine pastoral.

© Unicor
Que n’a-t-il subi de quolibets et d’accusations. Notamment celle de déstabiliser toute la filière quand il faisait son entrée sur un marché mal préparé à un tel afflux. Le temps a passé. L’agneau Lacaune, autrefois si décrié, est désormais considéré comme un maillon essentiel de la production ovine française.
« Cette filière a toute sa place, à la fois par les volumes – elle représente 15 % de la production française – et par son professionnalisme, insiste Jérôme Redoulès, président d’Agno’InterPro, l’interprofession de l’agneau Lacaune. Les éleveurs naisseurs sont parmi les plus performants de la filière ovine, les agneaux sont engraissés dans des systèmes très pointus au niveau technique et nous avons des outils d’abattage qui regroupent la plupart des leaders français. » « De février à mai, il vient bien en complémentarité de l’agneau européen, à une période où l’agneau anglais est moins présent, de moins bonne qualité et plus cher », ajoute Hubert Charlas, du groupe Bigard.
La qualité de l’agneau Lacaune a indéniablement progressé. Des éleveurs font du croisement pour améliorer la conformation, tandis que les fabricants d’aliments ont revu leurs formules, ce qui a eu un effet positif sur la tenue de la viande et la qualité du gras. Des progrès doivent encore être faits, estime Hubert Charlas, notamment pour améliorer l’homogénéité des poids des carcasses. Et il poursuit : « Le Lacaune reste un agneau standard. Ce n’est pas du label. Il faut le laisser à sa place. Comparé à ses concurrents, il est de meilleure qualité, surtout à la saison où il sort. Il a donc des arguments à faire valoir. »

50 000 AGNEAUX DU PATRIMOINE

Longtemps désunie, la filière s’est en grande partie rassemblée et organisée pour promouvoir l’agneau Lacaune. L’opération commerciale menée depuis 2008 a véritablement changé le cours des choses. Pendant six à huit semaines, en début de saison, le produit est mis en avant dans les grandes surfaces sous l’identité « agneau du patrimoine Lacaune ». Une contribution d’un euro par agneau est reversé à la Fondation du patrimoine afin de restaurer des ouvrages emblématiques du patrimoine rural. Bref, un positionnement fort en termes d’image : exit l’agneau industriel, place à un agneau qui s’inscrit dans le patrimoine.
Cette opération permet de lancer la campagne sur des bases plus saines. « Au lieu d’arriver sur un marché qui n’est pas réceptif à ces agneaux, nous proposons aux enseignes de mettre en place une promotion et de leur fournir les agneaux nécessaires, détaille le président d’Agno’InterPro. Nous avons inversé la donne. » L’an dernier, ce sont près de 50 000 agneaux qui ont été commercialisés sous cette estampille. « Nous avons réussi à segmenter le marché de l’agneau Lacaune. En différenciant simplement 10 % des agneaux, ils deviennent la référence prix pour le reste de la campagne », ajoute Sophie Lucas, animatrice d’Agno’InterPro.

La suite du dossier dans Pâtre de février
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre