Aller au contenu principal

DOSSIER
L'agneau Lacaune a enfin la place qu'il mérite

En quelques années, l’agneau Lacaune a conquis ses lettres de noblesse, grâce à une filière rassemblée et une efficace opération commerciale qui l’associe au patrimoine pastoral.

© Unicor
Que n’a-t-il subi de quolibets et d’accusations. Notamment celle de déstabiliser toute la filière quand il faisait son entrée sur un marché mal préparé à un tel afflux. Le temps a passé. L’agneau Lacaune, autrefois si décrié, est désormais considéré comme un maillon essentiel de la production ovine française.
« Cette filière a toute sa place, à la fois par les volumes – elle représente 15 % de la production française – et par son professionnalisme, insiste Jérôme Redoulès, président d’Agno’InterPro, l’interprofession de l’agneau Lacaune. Les éleveurs naisseurs sont parmi les plus performants de la filière ovine, les agneaux sont engraissés dans des systèmes très pointus au niveau technique et nous avons des outils d’abattage qui regroupent la plupart des leaders français. » « De février à mai, il vient bien en complémentarité de l’agneau européen, à une période où l’agneau anglais est moins présent, de moins bonne qualité et plus cher », ajoute Hubert Charlas, du groupe Bigard.
La qualité de l’agneau Lacaune a indéniablement progressé. Des éleveurs font du croisement pour améliorer la conformation, tandis que les fabricants d’aliments ont revu leurs formules, ce qui a eu un effet positif sur la tenue de la viande et la qualité du gras. Des progrès doivent encore être faits, estime Hubert Charlas, notamment pour améliorer l’homogénéité des poids des carcasses. Et il poursuit : « Le Lacaune reste un agneau standard. Ce n’est pas du label. Il faut le laisser à sa place. Comparé à ses concurrents, il est de meilleure qualité, surtout à la saison où il sort. Il a donc des arguments à faire valoir. »

50 000 AGNEAUX DU PATRIMOINE

Longtemps désunie, la filière s’est en grande partie rassemblée et organisée pour promouvoir l’agneau Lacaune. L’opération commerciale menée depuis 2008 a véritablement changé le cours des choses. Pendant six à huit semaines, en début de saison, le produit est mis en avant dans les grandes surfaces sous l’identité « agneau du patrimoine Lacaune ». Une contribution d’un euro par agneau est reversé à la Fondation du patrimoine afin de restaurer des ouvrages emblématiques du patrimoine rural. Bref, un positionnement fort en termes d’image : exit l’agneau industriel, place à un agneau qui s’inscrit dans le patrimoine.
Cette opération permet de lancer la campagne sur des bases plus saines. « Au lieu d’arriver sur un marché qui n’est pas réceptif à ces agneaux, nous proposons aux enseignes de mettre en place une promotion et de leur fournir les agneaux nécessaires, détaille le président d’Agno’InterPro. Nous avons inversé la donne. » L’an dernier, ce sont près de 50 000 agneaux qui ont été commercialisés sous cette estampille. « Nous avons réussi à segmenter le marché de l’agneau Lacaune. En différenciant simplement 10 % des agneaux, ils deviennent la référence prix pour le reste de la campagne », ajoute Sophie Lucas, animatrice d’Agno’InterPro.

La suite du dossier dans Pâtre de février
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’usine Sanders de Saint-Gérand, dans le Morbihan, est l’un des six sites de trituration du groupe avec Bretteville (50), Oleosyn Bio à Thouars (79), Chalon-sur-Saône (71), Boulazac (24) et Sojalim à Vic-en-Bigorre (65).
Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Les surfaces ravagées par les incendies dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Alpes Maritimes, des Bouches du Rhône, du Var et du Vaucluse ont diminué significativement ces dernières années.  © Saiho/Pixabay
Les troupeaux ovins, premiers pompiers de la forêt méditerranéenne
En pâturant les coupe-feu, les brebis facilitent le travail des pompiers. Mais les troupeaux doivent aussi avoir accès à l’eau, à…
L'enrubannage permet de faire son stock de fourrage dès le printemps.
L’enrubannage en ovin expliqué par le Ciirpo
L’enrubannage peut, dans certains systèmes fourragers, être une solution pour faire du stock au printemps qui sera distribué en…
Le pic de pousse d'herbe a connu quelques semaines de retard en cette fin de printemps.
Le pic de pousse d'herbe s’est fait attendre ce printemps
La fraîcheur du mois de mai a ralenti la pousse de l’herbe. Tour de France des régions et conseils de prairies avec le service…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre