Aller au contenu principal

L’agneau français à l’écoute de ses consommateurs

Dans un contexte de diminution de la consommation de viande, l’agneau français ne baisse pas les bras. À l’écoute de ses consommateurs, la filière ovine communique sur les bienfaits de la viande d’agneau français avec de nouvelles références à l’appui.

 © J.-F. Mallet/Interbev
© J.-F. Mallet/Interbev

Les habitudes de consommation changent et la viande d’agneau n’y fait pas exception. Avec 6 % des achats de viande des ménages, la filière ovine est à la recherche de nouveaux consommateurs. « Nous devons tenir compte des attentes sociétales tout en privilégiant les aspects économiques et ceux liés au travail de l’éleveur », souligne Patrick Soury, président du Groupement d’intérêt économique ovin du Centre-Ouest. C’est dans cet objectif qu’un travail (1) d’une envergure inédite à ce jour vient de s’achever. Au total, 582 consommateurs amateurs de viande d’agneau ont été interrogés à Nantes, Aix-en-Provence, Paris et en région parisienne. Six tests de dégustation de différentes catégories d’agneaux ont été organisés et 279 agneaux ont été évalués par des consommateurs. 30 distributeurs et bouchers artisanaux ou de grandes surfaces de différentes régions ont également été enquêtés.

Le goût et la tendreté

« Nous connaissons maintenant l’importance qu’accordent les consommateurs au goût bien particulier de la viande d’agneau, indique Isabelle Legrand de l’Institut de l’élevage en charge du projet. Ils apprécient également les viandes tendres même si une fois dans l’assiette, une certaine dureté est parfois évoquée par les amateurs d’agneaux ».

279 agneaux évalués par les consommateurs

Comme les autres viandes, celle d’agneau dispose d’atouts santé non négligeables et méconnues. L’analyse de 144 noix de côtes filets fournit de nouvelles informations sur les qualités nutritionnelles de l’agneau français. « Ces références faisaient défaut car celles disponibles ne portaient que sur huit agneaux. À l’évidence, elles ne pouvaient pas rendre compte de la diversité des modes de production de l’agneau français. Il était donc délicat de communiquer auprès du grand public sur les bienfaits de la viande d’agneau », témoigne Jérôme Normand spécialiste de la question à l’Institut de l’élevage. Dès cet automne, cela sera possible.

Pour en savoir plus, un film d’animation, des fiches techniques, des vidéos et des podcasts sont disponibles sur ecolagno.idele.fr.

(1) Projet Casdar Ecolagno, pilotée par l’Institut de l’élevage en partenariat avec des GIE, des Organismes de défense et de gestion (ODG) ou assimilés, des centres de recherche et des lycées agricoles.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre