Aller au contenu principal

L’agneau des prés-salés met en avant le patrimoine local

Des animaux ayant pâturé au moins 70 jours sur les herbus, c’est ce qui fait la spécificité de l’agneau du pré-salé.

Dans la baie du Mont-Saint-Michel, 13 éleveurs bretons et normands, et 6 000 brebis, sont engagés dans l’AOP prés salés du Mont Saint-Michel avec 2 500 agneaux labellisés par an. Coté Bretagne, les herbus s’étalent sur un rivage de 16 kilomètres de long et sont partagés entre cinq éleveurs. Lorsqu’ils sont sur ces parcours recouverts de plantes halophytes (fétuque maritime, obione, salicorne, chiendent maritime…), les animaux peuvent ainsi parcourir jusqu’à 15 kilomètres par jour. C’est la présence de cette flore particulière et cette distance parcourue qui donnent à la viande sa saveur si particulière et son gras ferme et peu abondant.

8 à 12 euros le kilo de carcasse payés au producteur

Le cahier des charges autorise sept races rustiques adaptées à la conduite en extérieur. Les exploitations doivent avoir accès aux herbus et les agneaux y pâturer au minimum 70 jours à partir de leur 45e jour de vie. Depuis peu, les éleveurs sont autorisés à faire des paddocks à l’aide de clôtures mobiles et ainsi intensifier le pâturage et éviter la divagation. Une bonne connaissance de la marée est nécessaire pour mener les moutons sur des parcelles de repli les jours où la mer recouvre complètement l’herbu. Les agneaux peuvent recevoir le soir en bergerie une complémentation de 400 g de céréales par jour pendant la période de pâturage ou être finis 30 jours en bergerie. Les carcasses de 14 kilos minimum, devront être de conformation E, U ou R et de classe 2 ou 3. Le prix au producteur oscille entre 8 et 12 euros le kilo de carcasse selon le circuit de commercialisation.

« L’AOP obtenue en 2013 a permis d’éviter les fraudes et rassurer le consommateur mais aussi de conforter le prix, témoigne Yannick Frain, président de l’ODG (organisme de défense et de gestion). Avec quatre collèges dont un pour les « porteurs de mémoire », nous voulons garantir que la production d’agneaux de pré-salés reste conforme à la tradition. L’AOP a aussi permis de développer et mettre en place de nouveaux éleveurs et donner accès à la mise aux normes des exploitations en dépit de leur emplacement sur un site classé. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre