Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’agneau des prés-salés met en avant le patrimoine local

Des animaux ayant pâturé au moins 70 jours sur les herbus, c’est ce qui fait la spécificité de l’agneau du pré-salé.

Dans la baie du Mont-Saint-Michel, 13 éleveurs bretons et normands, et 6 000 brebis, sont engagés dans l’AOP prés salés du Mont Saint-Michel avec 2 500 agneaux labellisés par an. Coté Bretagne, les herbus s’étalent sur un rivage de 16 kilomètres de long et sont partagés entre cinq éleveurs. Lorsqu’ils sont sur ces parcours recouverts de plantes halophytes (fétuque maritime, obione, salicorne, chiendent maritime…), les animaux peuvent ainsi parcourir jusqu’à 15 kilomètres par jour. C’est la présence de cette flore particulière et cette distance parcourue qui donnent à la viande sa saveur si particulière et son gras ferme et peu abondant.

8 à 12 euros le kilo de carcasse payés au producteur

Le cahier des charges autorise sept races rustiques adaptées à la conduite en extérieur. Les exploitations doivent avoir accès aux herbus et les agneaux y pâturer au minimum 70 jours à partir de leur 45e jour de vie. Depuis peu, les éleveurs sont autorisés à faire des paddocks à l’aide de clôtures mobiles et ainsi intensifier le pâturage et éviter la divagation. Une bonne connaissance de la marée est nécessaire pour mener les moutons sur des parcelles de repli les jours où la mer recouvre complètement l’herbu. Les agneaux peuvent recevoir le soir en bergerie une complémentation de 400 g de céréales par jour pendant la période de pâturage ou être finis 30 jours en bergerie. Les carcasses de 14 kilos minimum, devront être de conformation E, U ou R et de classe 2 ou 3. Le prix au producteur oscille entre 8 et 12 euros le kilo de carcasse selon le circuit de commercialisation.

« L’AOP obtenue en 2013 a permis d’éviter les fraudes et rassurer le consommateur mais aussi de conforter le prix, témoigne Yannick Frain, président de l’ODG (organisme de défense et de gestion). Avec quatre collèges dont un pour les « porteurs de mémoire », nous voulons garantir que la production d’agneaux de pré-salés reste conforme à la tradition. L’AOP a aussi permis de développer et mettre en place de nouveaux éleveurs et donner accès à la mise aux normes des exploitations en dépit de leur emplacement sur un site classé. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Au 31 mars, le loup avait déjà tué plus de 1 200 animaux domestiques. © L. Bourgeois
Le loup, 27 années de cauchemars
Voilà près de 30 ans que le loup a fait son retour en France, protégé par la Convention de Berne et la directive Habitat de l’…
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimales pour assurer un revenu par travailleur de 2, 2,5 ou 3 Smic.
Un prix de revient de 9,50 à 12 euros pour avoir trois Smic en élevage ovin
Le tableau des indicateurs de coûts de production publié par Interbev montre les prix minimaux pour assurer un revenu par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre