Aller au contenu principal

La médecine douce pour les ovins gagne du terrain

Limiter le recours aux produits chimiques, prévenir plutôt que guérir, observer plutôt que traiter, tels sont les principes des médecines complémentaires en élevage. Chez les ovins, le recours aux plantes sous toutes leurs formes ou à des techniques plus manipulatoires trouve de plus en plus d’adeptes chez les éleveurs et les vétérinaires. Reste un cadre réglementaire inadapté à ces pratiques qu’il serait souhaitable de faire évoluer d’une part pour répondre aux attentes des éleveurs, mais aussi de la société.

Les médecines complémentaires demandent à l'éleveur davantage de temps d'observation, de mieux connaître le comportement de ses animaux et selon la méthode choisie, de savoir les manipuler. © B. Morel
Les médecines complémentaires demandent à l'éleveur davantage de temps d'observation, de mieux connaître le comportement de ses animaux et selon la méthode choisie, de savoir les manipuler.
© B. Morel

Les médecines douces font souvent écho à des savoirs ancestraux, qui ont été un temps enfouis et oubliés au profit de la médecine allopathique avec l’avènement de la chimie médicale. Celle-ci, bien que toujours efficace pour traiter la plupart des pathologies que l’on retrouve dans les élevages ovins, ne correspond plus à l’attente d’une partie des éleveurs. Mieux maîtriser les frais vétérinaires et la composition et le nombre des traitements sont souvent les premiers arguments des éleveurs qui sautent le pas vers les médecines complémentaires que sont la phytothérapie, l’homéopathie et les médecines énergétiques telles que l’ostéopathie ou encore l’acupuncture. À cela s’ajoutent une certaine facilité d’utilisation et une accessibilité des produits qui n’existe pas pour les médicaments allopathiques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

"On avait tous un paysan dans la famille"
"On avait tous un paysan dans la famille"
Victorine Alisse a mené une vraie enquête de cœur pour retrouver et photographier une vingtaine d’ancien(ne)s paysan(ne)s. Forte…
Garisse Tavernon a repris l'élevage à la suite de son père. Il valorise ses agneaux sous le label rouge Agneau du Bourbonnais.
J’ai fait le CS Ovin pour conforter ma reprise de l’exploitation familiale
Garisse Tavernon a repris l’exploitation de son père lors du départ à la retraite de celui-ci. Le CS ovin lui a permis de…
Les 120 meilleurs Border Collie  d’Europe en compétition en Vendée
Du 25 au 28 août 2022 aura lieu le Championnat d’Europe de chiens de troupeau, où 18 nations présenteront huit de leurs meilleurs…
Les prairies sont bien souvent la première source de nourriture pour les brebis.
Les bons plans pour rénover les prairies pour ses ovins
Pour un éleveur de moutons l’entretien de ses prairies est aussi important que le soin apporté à ses brebis. Patrice Pierre,…
On compte 921 loups en France 
La profession l’avait préssenti : la population de loups était largement sous-estimée par les pouvoirs publics. Le comptage le…
Le loup est présent dans au moins 45 départements français et sa population aurait bondi de 47 % entre la fin d'été 2021 et le printemps 2022.
Près de 11 000 brebis victimes de plus de 920 loups
Alors que les chiffres de la prédation 2021 sont enfin accessibles, un autre coup de tonnerre ébranle la profession ovine déjà…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre