Aller au contenu principal

La médecine douce pour les ovins gagne du terrain

Limiter le recours aux produits chimiques, prévenir plutôt que guérir, observer plutôt que traiter, tels sont les principes des médecines complémentaires en élevage. Chez les ovins, le recours aux plantes sous toutes leurs formes ou à des techniques plus manipulatoires trouve de plus en plus d’adeptes chez les éleveurs et les vétérinaires. Reste un cadre réglementaire inadapté à ces pratiques qu’il serait souhaitable de faire évoluer d’une part pour répondre aux attentes des éleveurs, mais aussi de la société.

Les médecines complémentaires demandent à l'éleveur davantage de temps d'observation, de mieux connaître le comportement de ses animaux et selon la méthode choisie, de savoir les manipuler. © B. Morel
Les médecines complémentaires demandent à l'éleveur davantage de temps d'observation, de mieux connaître le comportement de ses animaux et selon la méthode choisie, de savoir les manipuler.
© B. Morel

Les médecines douces font souvent écho à des savoirs ancestraux, qui ont été un temps enfouis et oubliés au profit de la médecine allopathique avec l’avènement de la chimie médicale. Celle-ci, bien que toujours efficace pour traiter la plupart des pathologies que l’on retrouve dans les élevages ovins, ne correspond plus à l’attente d’une partie des éleveurs. Mieux maîtriser les frais vétérinaires et la composition et le nombre des traitements sont souvent les premiers arguments des éleveurs qui sautent le pas vers les médecines complémentaires que sont la phytothérapie, l’homéopathie et les médecines énergétiques telles que l’ostéopathie ou encore l’acupuncture. À cela s’ajoutent une certaine facilité d’utilisation et une accessibilité des produits qui n’existe pas pour les médicaments allopathiques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La vidéo rétablit quelques vérités pour relativiser l'impact de l'élevage et de la viande.
[ Vidéo ] L’élevage européen pointe les 9 contradictions de la stratégie « De la ferme à la table »
Le rassemblement européen des filières de l’élevage et de la viande, European Livestock Voice, a publié une vidéo pédagogique qui…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Long de 2,90 m et large d’un mètre, le petit triporteur est commercialisé 2 200 euros hors taxes et hors livraison. © Scot-e
Un triporteur électrique à petit prix
Scot-e importe des petits triporteurs électriques fabriqués en Roumanie. Le véhicule à trois roues est léger (135 kg sans…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre