Aller au contenu principal

Houblons et moutons Belle-Île récompensés au prix national pour l’agrobiodiversité animale 2024

Producteur bio de houblon et éleveurs de moutons Belle-Île en Bretagne, Antoine Floury et Anaïs Langlais sont lauréats du prix national 2024 pour l’agrobiodiversité animale.

Anaïs Langlais et Antoine Floury sont lauréats de la douzième édition du prix national pour l’agrobiodiversité animale organisé par Ceva santé animale et la Fondation du patrimoine. Ces deux entrepreneurs cultivent du houblon biologique dans les Côtes-d’Armor depuis 2018. En parallèle, ils élèvent une soixantaine de brebis de race Belle-Île sur une vingtaine d’hectares de prairies.

Les brebis Belle-Île sont aussi mobilisées en été pour pâturer les parcelles de houblon. « 

Le houblon est une liane qui monte sur des mats et des fils installés à 6,5 mètres de haut

, explique Anaïs Langlais.

Mais c’est une plante sensible au mildiou.

 » Pour y remédier, les brebis

mangent les feuilles du bas

sans toucher à la liane fibreuse. « 

Les feuilles sont aussi riches en protéines que celles de la luzerne

 », apprécie l’éleveuse qui a retrouvé des traces de cette pratique dans des ouvrages anciens. À l’automne, au moment de la récolte et de l’effeuillage du houblon, les brebis valorisent encore les feuilles à la sortie de la broyeuse.

La plus grande des races ovines bretonnes

moutons Belle-Île
Anaïs Langlais et Antoine Floury sont membre de la pépinière de béliers Belle-Île pour préserver la race. © Ceva-Fondation du Patrimoine
La Houblonnière de Lezerzot a choisi la race Belle-île car « c’est la plus grande des races bretonnes » et les brebis peuvent donc atteindre les feuilles en hauteur. L’absence de corne, son caractère doux, ses agnelages faciles, la prolificité et sa résistance aux parasites ont fini de convaincre les éleveurs de l’intérêt pour cette race à petit effectif dont il ne reste qu’un millier d’individus. « Nous voulons développer la vente directe d’agneaux en circuit court et augmenter le cheptel à 80 têtes », explique l’éleveuse de 32 ans.

Anaïs Langlais et Antoine Floury recevant le prix de l'agrobiodiversité animale
Avec ce prix, les éleveurs vont pouvoir augmenter le cheptel pour valoriser la race créer de nouvelles parcelles clôturées pour favoriser les rotations et éviter le parasitisme. © Ceva-Fondation du Patrimoine
Les 7 000 euros de prix vont les aider à réaliser un site internet pour vendre les agneaux et renforcer les partenariats avec les institutions éducatives pour des visites de leur exploitation. Cette récompense permettra aussi d’installer une clôture fixe autour des houblonnières et d’acquérir leur propre matériel de fenaison.

Les plus lus

Vincent Bienfait
« Je gagne 2,6 Smic avec le système ovin pâturant que j’ai développé »
Éleveur multiplicateur de brebis Romane dans le Morbihan, Vincent Bienfait a mis en place un système très pâturant, encore peu…
Vue aérienne de la ferme du domaine Bella Donna, en Italie.
Une ferme ovine multifonctionnelle à l’italienne
À l’image de jeunes agriculteurs italiens, Murad Salem se diversifie pour s’adapter aux nouveaux enjeux de l’agriculture.
Mouton nez noir du Valais
Moutons blancs, nez noirs - Les chouchous du Valais
Un documentaire Arte présente l’élevage de la race nez noir du Valais.
Les éleveurs de brebis laitières des Pyrénées-Atlantiques s'investissent pour trouver des pistes d'adaptation de leur activité face au changement climatique.
Changement climatique : la filière lait de brebis des Pyrénées Atlantiques prend la mesure de l'enjeu
L'interprofession lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques dans un projet franco-espagnol à la recherche de pistes pour adapter…
Baptiste Soulat, 27 ans, s'est installé en Haute-Vienne sur l'exploitation paternelle. Passionné par la génétique, il est devenu sélectionneur en Suffolk.
« J’ai concrétisé ma passion pour la génétique et la Suffolk sur la ferme de mon enfance »
Baptiste Soulat, 27 ans, s’est installé sur l’exploitation bovine de son père en Haute-Vienne, créant du même coup l’atelier…
Benoit Toutain, 17 ans et originaire de l'Oise, a été sacré meilleur jeune berger 2024 lors de la finale des Ovinpiades, le 24 février, à Paris.
Salon de l’Agriculture : Le meilleur berger de France 2024 vient de l’Oise
Le champion de la 19e édition des Ovinpiades, Benoît Toutain, est originaire de l’Oise et possède déjà son propre troupeau.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre