Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Hausse des tarifs de l’équarrissage

La moindre valorisation des sous-produits animaux et un rééquilibrage entre les différentes filières génèrent une hausse de la CVO équarrissage pour les éleveurs ovins en 2016.

Le montant de la cotisation volontaire obligatoire (CVO) équarrissage augmente pour les éleveurs ovins en 2016. En effet, la cotisation est basée sur l’effectif présent sur l’exploitation l’année précédente, qui permet de calculer un nombre d’unités bétail équarrissage (UBE). La valeur de l’unité bétail équarrissage est déterminée en fonction du coût réel de l’équarrissage par espèce et de la participation de l’aval de la filière. Le nombre d’UBE, multiplié par 1,15 €, donne le montant de la cotisation. C’est la valeur de cette UBE qui a donc évolué. Alors qu’elle était de 0,28 pour un ovin reproducteur de plus de 6 mois et de 0,03 pour un ovin à l’engraissement, elle passe à 0,51 et 0,06. En parallèle, la CVO aval payée par les abatteurs passe de 89 à 111 euros par tonne équivalent carcasse.

Payer pour l’élimination des farines

Cette augmentation de tarif s’explique d’une part par la baisse de valorisation des sous-produits issus des animaux collectés en ferme. En effet, d’une part les cimentiers qui s’occupent de l’incinération obligatoire des farines animales subissent une baisse d’activité et les équarrisseurs qui leur vendaient les farines entre 5 et 10 €/tonne il y a deux ans doivent aujourd’hui payer pour leur élimination. En parallèle, le cours des graisses animales, valorisées en biodiesel et indexé sur le cours du pétrole, a fortement baissé. Enfin, la France étant passée à un statut ESB « risque négligeable », les matériels à risque spécifiés peuvent désormais être valorisés dans l’alimentation humaine et pour les animaux de compagnie. Ces 240 000 tonnes de sous-produits d’abattoirs, auparavant équarris, ne sont plus traitées par les usines d’équarrissage et leurs coûts de fonctionnement sont moins dilués. Globalement, la hausse des tarifs se solde par la nécessité de collecter sept millions d’euros supplémentaires auprès des filières ruminants, partagées pour moitié entre les éleveurs et l’aval de la filière. Si cette augmentation touche toutes les filières, la cotisation des éleveurs ovins a davantage augmenté car la filière ovine ne finançait pas l’équarrissage à hauteur des coûts réels. Ainsi, un rééquilibrage entre la filière bovine et ovine a eu lieu.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

À défaut de tonte, éliminer la laine souillée autour de la queue et de la vulve facilite la monte par les béliers.  © Ciirpo/Idele
Pas de tonte pendant la lutte
Avec le confinement lié au Covid-19, la tonte assurée par des tondeurs professionnels risque fort d’être reportée. Tondre plus…
Si la plupart des randonneurs se montrent respectueux du travail des bergers, certains échanges peuvent être tendus lorsque les brebis se font dispersées ou que les chiens sont aux abois. © B. Morel
" Vis ma vie de berger "
Joseph Boussion, alias Carnet de Berger sur Facebook, s’est donné pour mission de faire connaître la vie en estive aux…
Les professionnels ovins cherchent des chambres froides pour stocker provisoirement les agneaux abattus.  © D. Hardy
Les conséquences de l’engorgement du marché
Face à une offre excédentaire et une consommation morose, le principal risque est un engorgement du marché de la viande ovine,…
La prédation par le loup impacte fortement les résultats économiques de l'exploitation.
Le loup entraîne un surcoût de 4 600 à 12 100 euros par exploitation
La prédation par les loups entraîne des pertes de production et des frais de protection qui ne sont pas assez compensés par les…
La bergerie, terminée en 2016, est fonctionnelle avec ses nourrisseurs et ses cornadis. © J.-M. Bidoire
Produire 500 agneaux avec 300 brebis Ile-de-France et Texel
Quatre ans après son installation, Pierre Largy produit 500 agneaux, dont 80 % sous label rouge, dans un nouveau bâtiment…
Les dégâts de l'ours sont passés de 516 animaux domestiques tués ou blessés en 2018 à 1 173 en 2019. © M. Paunovic
Toujours plus d’ours, plus d’attaques, plus de victimes
52 ours ont tué au moins 1 173 animaux l’an dernier dans les Pyrénées.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre