Aller au contenu principal

Des brebis pâturent dans les vergers

De l’herbe et des pommes au menu

Après la récolte des fruits, les brebis peuvent consommer l’herbe des interrangs jusqu’au pied des arbres et glaner les pommes tombées au sol. À condition de protéger les jeunes arbres, elles se plaisent bien également sous les châtaigniers en limitant ainsi l’enherbement. Le programme Brebis_Link qui se termine fait le point sur l’utilisation de ces surfaces additionnelles.

Au sommaire de ce dossier

 © Ciirpo
Des brebis dans les vergers
Après la récolte des fruits, les brebis peuvent consommer l’herbe des interrangs jusqu’au pied des arbres et glaner les pommes tombées au sol.
Bilan de la conversion bio et de l'introduction des brebis © SCEA du Clos Bernard
Des Shropshires au service d’une ferme cidricole et céréalière
Les 400 brebis Shropshires du SCEA du Clos Bernard alternent entre vergers bio et couverts végétaux. Les moutons font baisser la pression parasitaire.
Les brebis permettent d'économiser des passages de tondeuses. © D. Mery/CA 24
Des arbres protégés pour pâturer sous les châtaigniers
En pâturant dans les châtaigneraies, les brebis maîtrisent l’enherbement et limitent le nombre de broyages. À condition de bien protéger les arbres.
Les brebis peuvent nettoyer le verger jusqu'au pied des troncs. © Ciirpo
Les brebis nettoient le verger jusqu’au pied des arbres
À la fois arboriculteur bio et éleveur ovin, Pascal Babaudou remplace ses brebis par des Shropshires qui pâturent dans ses vergers.
Les races utilisées sont surtout des rustiques, comme ici le Shropshire, qui ne touche pas aux jeunes pousses ni à l’écorce des arbres s’il dispose d’assez d’herbe. © V. Bargain
Associer arboriculture et ovins
Faire pâturer des ovins dans les vergers est une technique pour gérer l’enherbement et limiter certains bioagresseurs.
Les ovins remplacent le broyeur en arboriculture
Faire cohabiter arbres fruitiers et animaux sur une même parcelle, c’est possible. Exemple en Seine-Maritime.
Publicité