Aller au contenu principal

Berger, un métier nature et technique

Vignette

L'amélioration des conditions de vie en montagne et l'arrivée du loup entrainent des mutations dans la profession de berger. Pour s'adapter au contexte actuel, les pratiques ancestrales évoluent.

Au sommaire de ce dossier

 © R. Leconte
Le métier de berger en pleine évoution
Grâce à l’amélioration des conditions de vie en montagne mais aussi avec l’arrivée du loup, la profession de berger implique une modification des prat
Le berger vit au rythme du troupeau.  © R. Leconte
La journée-type du berger en estives
Accompagné souvent de l’aide-berger, le berger commence tôt sa journée. Au rythme de la météo, il mène le troupeau dans la montagne. 
Clément Leboucher, éleveur-berger dans le Gard et berger salarié en Savoie © M. Peglion
Le métier de berger nécessite compétences et savoir-faire
Non, le berger ne mène pas une vie contemplative d’un gardien passif de troupeau.
Aurore Girardot , Bergère d’alpage et salarié agricole  pendant 10 ans. © DR
Un métier pas comme les autres en voie de normalisation
Devenir berger n’est pas un choix anodin. Il entraîne pour une ou plusieurs saisons un mode vie hors du commun.
Le travail du berger et celui de l'éleveur sont complémentaires. © L. Geffroy
Éleveur et bergers, une relation complémentaire
Responsable du capital d’un éleveur le temps d’une saison, le berger est le lien entre le troupeau et l’éleveur, qui n’est souvent pas sur place.
Publicité