Aller au contenu principal

Éleveur et bergers, une relation complémentaire

Responsable du capital d’un éleveur le temps d’une saison, le berger est le lien entre le troupeau et l’éleveur, qui n’est souvent pas sur place.

Le travail du berger et celui de l'éleveur sont complémentaires. © L. Geffroy
Le travail du berger et celui de l'éleveur sont complémentaires.
© L. Geffroy

Au plus près des animaux et de la végétation sur l’alpage, le berger est celui qui connaît le comportement des animaux au sein du troupeau, les pathologies qu’ils ont pu subir et l’état de la ressource alimentaire. Connaissances qu’il sera riche de partager avec l’éleveur tout au long de la saison mais aussi lors de la descente de montagne. C’est aussi le maître d’œuvre d’éventuelles MAE contractualisées sur l’estive.

L’éleveur quant à lui est en mesure d’apporter au berger des éléments sur son troupeau, son histoire, et sur certaines individualités qui le composent, car il les a « menées » à sa main. De même, il détient des informations sur l’alpage, importantes à connaître avant de démarrer la saison : limites, dates de changement de quartiers, exigences environnementales…

Des incompréhensions demeurent

Mais si le travail du berger et celui de l’éleveur sont réellement complémentaires, de nombreuses incompréhensions persistent entre les deux professions. Incompréhensions liées en grande partie à un manque de reconnaissance et de communication. Comme le remarque Guillaume Lebaudy(1), les bergers ont souvent le sentiment que les éleveurs mettent peu de moyens à leur disposition pour effectuer des tâches dont ils se déchargent, tandis que les éleveurs déplorent le manque de compétences de leurs bergers. Sans compter le statut précaire du berger qui, souvent embauché en CDD, redoute la non-reconduction de son contrat, ce qui a notamment poussé les bergers à se regrouper au sein d’associations ou d’un syndicat (un syndicat de bergers, le Syndicat des gardiens de troupeaux de l’Isère, a été créé en 2013).

Pourtant un lien commun existe entre les deux professions : la passion du métier. Il ne manque parfois qu’un peu de communication et une meilleure compréhension mutuelle des difficultés de chaque métier. Enfin, un investissement de l’éleveur dans la relation avec son berger (visites et appels réguliers, aide à certains moments clés de la saison…) peut aussi aider à fidéliser un salarié plusieurs années et ainsi capitaliser un savoir-faire qui s’acquiert beaucoup par l’expérience.

[1] Les métamorphoses du bon berger, G. Lebaudy (2016). Collection Hors les drailles, 331 p.

Mise en garde

Faire attention à ce que l’on dit

« Il faut faire attention à ce que l’on dit au berger, car toi, tu descends en vallée, tu vois tes amis, ta famille, tu peux en parler, passer à autre chose, mais le berger, lui, il reste au pied de ses moutons à ruminer les échanges et remarques que tu fais. »

(Lebaudy et al., L’alpage au pluriel, 2016).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd al-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an dernier pourrait inspirer le déroulé de celui de cette année. © A. Villette
L’Aïd-el-Kébir se réinvente avec des drives ou des commandes groupées
L’Aïd-el-Kébir (ou Aïd-el-Adha) se tiendra aux alentours du lundi 19 juillet en 2021. Le contexte sanitaire particulier de l’an…
Une manipulation fluide des animaux permet de s’épargner physiquement.
[ Vidéo ] Comment manipuler les moutons
Comment attraper un mouton ? Le déplacer ? Ou l’asseoir ? Cette vidéo de la MSA répond à ces questions.
Grace à la convergence des aides, au paiement redistributif et au maintien de l’ICHN, les éleveurs de petits ruminants toucheraient en moyenne un peu plus d’aides de la PAC.
Les ovins/caprins plutôt gagnants dans la future PAC
Les derniers arbitrages du plan stratégique national semblent plutôt favorables aux ovins/caprins.
Le parc complet est vendu 6 900 euros auquel s’ajoutent mille euros de transport. © G. Josien
Un parc de tri complet à moins de 8 000 euros
Le parc de tri mobile Sheepeze est composé de 15 claies, d’un couloir de contention et d’une porte de tri. Les claies de 2,5 à 3…
L’hiver a été particulièrement meurtrier pour l’élevage de Christian et Guillaume Menut… © Menut
« Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une analyse de vulnérabilité »
↵ Christian Menut, 60 ans, éleveur ovin dans le Var « Harcelé par la prédation du loup, notre élevage ovin aura une…
« La profession a été contrainte et forcée d’abandonner ses ambitions pour l’aide ovine »
Après plus d’un an de travail et de consensus, l’ambitieux projet porté par la FNO pour la prochaine PAC s’est fait plombé par l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre