Aller au contenu principal

Réussir Pâtre : Le média des éleveurs de moutons

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le métier de berger en pleine évoution

Grâce à l’amélioration des conditions de vie en montagne mais aussi avec l’arrivée du loup, la profession de berger implique une modification des pratiques ancestrales pour s'adapter au contexte actuel. 

 © R. Leconte
© R. Leconte

Berger est un des plus vieux métiers du monde. Des Alpes aux Pyrénées en passant par les Cévennes, tous les étés, les bergers empruntent les routes de la transhumance vers la montagne et partent travailler et vivre sur les alpages auprès des bêtes pendant trois à six mois.

Généralement employé par un éleveur (ou par plusieurs éleveurs regroupés au sein d’un groupement pastoral) pour prendre soin d’un troupeau de brebis et le faire pâturer, le berger d’alpage peut aussi être éleveur lui-même. L’estive n’est en effet qu’une période de la vie d’un berger. Le reste de l’année, certains continueront à suivre les étapes du calendrier de production ovin en tant qu’éleveur ou salarié (agnelage, garde en colline, tonte…), tandis que d’autres enchaîneront sur d’autres saisons agricoles ou touristiques (stations de ski, restaurants…) voire sur un métier tout autre.

Si la passion des animaux et de la vie au grand air est une composante essentielle et nécessaire à l’accomplissement de ce métier atypique, elle ne doit néanmoins pas faire oublier qu’il s’agit avant tout d’une profession complexe. Ce métier nécessite non seulement des compétences techniques pour la conduite d’un troupeau et la gestion de la végétation, mais aussi des qualités morales pour supporter l’isolement et les conditions de vie parfois rudimentaires. Et bien qu’isolé, le berger doit aussi développer une habileté sociale pour concilier les intérêts de tous les usagers d’un espace qu’il est finalement rarement le seul à utiliser.

Une profession atypique mais complexe

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Vignette
Les agneaux résistent mieux dans les petits élevages
Une étude de l’université de Murdoch en Australie montre que les agneaux survivent mieux dans des élevages de petites tailles…
Vignette
Des plans et des conseils pour la bergerie
Le nouvel outil Equip’Innovin met à disposition des plans de bergerie, d’équipements et de contention sur idele.fr/services/…
Les premiers passages en salle de traite seront grandement facilités si les agnelles ont déjà été habituées à la salle et à la séparation des agneaux.  © D. Hardy
Faciliter l’apprentissage des agnelles à la traite
On gagne du temps à habituer, voire dresser, les agnelles à passer en salle de traite avant le début de la traite.
Département 33 - Vends brebis, agnelles, béliers Landaise et Rouge du Roussillon
670/ANI/01 - Gironde, vends brebis, agnelles, béliers Landaise et Rouge du Roussillon. Plein air intégral depuis 1994. Prix :…
Dans les deux modes de pâturage comparés, la proportion moyenne de légumineuses est la même : 19 %. © Ciirpo
« La même proportion de légumineuses en pâturage cellulaire et tournant »
« Que les parcelles soient conduites en pâturage cellulaire ou tournant, le couvert végétal se dégrade de la même façon. Ceci est…
L’appareil était en démonstration à la ferme du lycée agricole de Charolles lors de l’assemblée générale extraordinaire de l’OS Romane. © D. Hardy
L’étau trieur prometteur de Clipex
Le Sheep Handler de l’Australien Clipex peut identifier, peser et trier automatiquement brebis et agneaux. Son étau permet aussi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7,6€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre