Aller au contenu principal

[Covid-19] Bien gérer la place dans sa bergerie

Les agneaux de Pâques prêts à partir qui ne sont pas collectés en cette période de confinement prennent de la place en bergerie. Quelques astuces pour remédier à la situation.

En premier lieu, stocker des agneaux prêts à partir ou freiner la croissance de ceux en engraissement nécessite d’avoir recours au rationnement plutôt qu’au nourrisseur à volonté. Or, l’organisation du travail n’est pas la même. D’une part, il est donc à la charge de l’éleveur de distribuer l’aliment mais la longueur d’auge nécessaire n’est pas non plus la même. On considère qu’avec le rationnement, la longueur doit être multipliée par trois. En effet, en distribution à volonté, on compte en moyenne 12 agneaux du mètre linéaire (voire 20 pour un mètre de nourrisseur circulaire) contre seulement quatre avec le rationnement.

Ensuite, pour gagner de la place en bergerie, certains lots peuvent être mis à l’herbe un peu plus tôt que prévu, à l’instar des agnelles de renouvellement nées en août/septembre. Pour ces dernières, une semaine de transition avec un apport de 300 grammes de concentrés sur la pâture s’avère suffisant. Sinon la transition peut se faire en bergerie avec une diminution progressive de la quantité de concentré tout en distribuant du foin de bonne qualité. Dans ce cas, une fois la mise à l’herbe effectuée, il n’est plus nécessaire d’apporter du concentré. Pour les agnelles plus jeunes, celles nées entre octobre et novembre, la transition doit se faire pendant un mois, durant lequel elles recevront 300 grammes de concentrés. Un mois et demi après la mise à l’herbe, il est impératif de faire un traitement antiparasitaire (strongles et ténia) car les jeunes agnelles y sont particulièrement sensibles.

Enfin, les brebis suitées d’un seul agneau peuvent également être mises à l’herbe en observant une transition alimentaire et seulement dans le cas où les agneaux sont âgés de plus de 15 jours, afin de limiter au maximum le risque de prédation des renards.


Attention aux inséminations !

Certains centres d’insémination ont arrêtés temporairement leurs activités. Avant d’entamer un chantier de pose d’éponge, il est nécessaire de se renseigner auprès de son inséminateur. Certains centres terminent les protocoles déjà en cours mais n’en débutent pas de nouveau. Si le tondeur n’est pas encore venu, pensez à écussonner vous-même vos brebis, c’est-à-dire de dégager la laine autour de la queue et de la vulve.
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Pâtre.

Les plus lus

La Ferme Aozteia a déjà fait parrainer toutes ses brebis.
Adopte une brebis avec le site crowdfarming.com
Le site CrowdFarming.com propose d’adopter une brebis, une chèvre, un pied de vigne, un arbre ou une vache. Ce site d’origine…
Sacripant, Sifredi ou  Sauterelle ? © I. Heeren
2021 sera l’année des S
L’habitude de nommer ses animaux par une même lettre permet de connaître facilement leur millésime. Dans les petits troupeaux,…
C'est juste avant la mise à l'herbe qu'il est le plus intéressant de traiter brebis et agnelles car lorsque la météo est encore humide, la pression parasitaire au pâturage est très forte. © B. Morel
Un antiparasitaire injectable pour les petits ruminants
Enfin les éleveurs de petits ruminants disposent d’un traitement injectable pour traiter leurs animaux contre les parasites…
Les panneaux photovoltaïques permettent à l'herbe de continuer sa pousse même en été et pourvoient les brebis en ombre. © E. Mortelmans
Des surfaces additionnelles grâce à l’agrivoltaïsme
Emmanuel Mortelmans bénéficie de surfaces de pâturage additionnelles pour ses brebis grâce à la centrale photovoltaïque proche de…
Georges Ferté change ses brebis de parc environ tous les trois jours. © A. Peucelle
« J'ai diversifié les grandes cultures avec des moutons pour pérenniser l'exploitation »
Installé en 2002 sur une ferme de grandes cultures, Georges Ferté se heurte aux évolutions de la PAC ainsi qu’à un système…
Cindy Simon, 25 ans, est à la tête d’une exploitation de polyculture élevage de 139 hectares. © A. Peucelle
Je cherche à améliorer les performances du troupeau 
Dès son arrivée sur l’exploitation familiale en 2016, Cindy Simon, à Bonnet dans la Meuse, a cherché à moderniser l’atelier ovin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 93€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre