Aller au contenu principal

Réussir Pâtre : Le média des éleveurs de moutons

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Avec le bio, plus d’observations et moins de traitements

Dans la Drôme, Sébastien Rigaud est passé au bio. Pour lui, pas de changement majeur mais il observe mieux ses brebis et agneaux et adapte les traitements.

Juchée sur le plateau des contreforts du Vercors, la ferme de Sébastien Rigaud se réchauffe sous le soleil printanier de Beaufort-sur-Gervanne, au cœur de la Drôme. L’éleveur, à l’image du cadre qui entoure son exploitation, est accueillant et ouvert. Installé depuis 2007, il conduit une troupe de 150 brebis romanes et croisées Ile-de-France et Hampshire. En parallèle, il cultive aussi six hectares de vigne pour l’appellation Clairette de Die. En 2018, son troupeau ovin, les surfaces pastorales et les surfaces d’affourragement et de céréales sont passés en bio. Officiellement, car bien avant cela, Sébastien Rigaud a arrêté les traitements chimiques sur ses parcelles et s’est tourné vers la médecine alternative pour ses animaux. « Je n’avais pas envisagé de passer au bio plus tôt, car cela représente une charge administrative supplémentaire, reconnaît l’éleveur de 46 ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Vignette
Transhumance en Mongolie
Éleveuses de brebis dans les Bouches du Rhône, Manon Gontier et sa mère ont pu participer à une transhumance dans une famille…
Vignette
Vers la transhumance comme patrimoine mondial
La transhumance pourrait être rapidement reconnue par l’Unesco comme un patrimoine mondial, immatériel et culturel.
La consommation d'antibiotiques vétérinaires a fortement baissé mais les efforts doivent se maintenir pour limiter l'antibiorésistance.  © D. Hardy
Forte baisse des antibiotiques vétérinaires
En 2018, les ovins et caprins français ont consommé plus de 27 tonnes de matière active d’antibiotique selon une étude de l’…
Vignette
Pour passer une petite annonce dans Pâtre
Pour passer une annonce sur reussir.fr/patre et dans la revue Pâtre, il faut imprimer la grille de petites annonces ci-dessous,…
La congélation de la semence  n'a pas les mêmes conséquences selon le bélier. Identifier les semences les plus congelables sera un atout pour les centres d'insémination. © B. Morel
Vers des paillettes de semence plus efficaces
Les avancées scientifiques lèvent petit à petit les freins à l’augmentation du recours à la congélation des semences de béliers.
Les vignerons ont du mal à écouler leurs stocks de marc, matière vue comme un sous-produit de la vinification. L'alimentation animale pourrait être un débouché intéressant. © DR
Des agneaux engraissés au marc de raisin
Une équipe de chercheurs sud-africains a cherché à intégrer du marc de raisin, denrée bon marché, dans la ration de finition des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7,6€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Pâtre
Consultez les revues Réussir Pâtre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Pâtre