Aller au contenu principal

Pas besoin de loto pour sauver le patrimoine sol

© Christian Gloria

Sol et climat sont liés. Il faut augmenter le stock de carbone pour stopper l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère. Plus de carbone dans les sols pour agir sur le climat... C'est maintenant. Action

La santé des sols ne sera bien sûr pas évoquée dans le plan santé très attendu ce 18 septembre. Cette santé là est plutôt un sujet agricole. Ce qui ne la rend pas moins importante. Le sujet est planétaire et une déclaration de « défi mondial pour la santé des sols » a été remise le 12 septembre lors d'un événement sur les sols agricoles organisé par la Californie, en marge du Sommet mondial de l'action climatique de San Francisco. Car oui, le sol et le climat sont liés. Stéphane Travert, notre ministre de l’Agriculture, ne l’ignore pas et fait partie des signataires adhérant à l’initiative. Reste désormais à développer « des programmes et des politiques favorables aux sols, notamment dans le cadre de leur contribution à la mise en œuvre de l'accord de Paris pour le climat », indique le ministère. Pratiques agroécologiques, séquestrations du carbone… Autant de points sur lesquels il faut appuyer plus fort. En décembre 2015, lors de la COP 21, la France a été à l’initiative de l’élan international « 4 pour 1000 ».  « Une augmentation annuelle du stock de carbone dans les sols de 0,4 %, soit un taux de 4 pour 1000 par an, permettrait de stopper l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère liée aux activités humaines, » expliquent les concepteurs de la démarche. Un infime changement qui peut devenir un « levier majeur pour améliorer la fertilité des sols et la production agricole » et à terme « limiter la hausse des températures ».

Il est temps d'explorer les pistes et d'envisager une évolution des pratiques. « En France, 4 % des professionnels ont fait le choix de se lancer dans l’agriculture de conservation des sols », rapporte le Parisien. C’est ce que Christophe Naudin, agriculteur dans l’Essonne, adepte de cette nouvelle façon de travailler, a expliqué au public ce week-end lors des Journées patrimoine sol organisées par l’Apad, l’Association pour la promotion d’une agriculture durable. Devenu « paysan durable » en 2014, il partage son expérience sur sa chaîne YouTube. « Et si on réglait 75 % du problème climat en stockant du carbone dans les sols ?» . Sa conviction est que l'on peut y arriver. Pas besoin de loto pour sauver le patrimoine sol !

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Le kernza, une céréale pérenne, « modèle et prometteuse » pour diversifier les systèmes
C’est une nouvelle culture qui pourrait diversifier les systèmes. Le kernza est une céréale pérenne. Elle fait l’objet de…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
Publicité