Aller au contenu principal

Ondes éléctromagnétiques : comment cinq éleveurs ont interpellé Marc Fesneau au Space

Emmené par l’éleveur breton Stéphane Le Béchec, un groupe d’éleveurs a obtenu un entretien avec le ministre de l’Agriculture à Rennes sur les conséquences d’installations d’antennes 4G, lignes à haute tension ou d’éoliennes sur leurs animaux.

Antennes 4G effet sur les élevages
© Pixabay

« Agriculture et ondes électromagnétiques. « On n’est pas des hurluberlus », des éleveurs reçus par le ministre ». Ainsi France 3 Bretagne raconte dans un article comment cinq éleveurs de Bretagne, Sarthe et d’Auvergne sont venus au Space pour interpeller le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire sur les ondes électromagnétiques dont ils se disent victimes.

Stéphane Le Béchec, Frédéric Salgues, Patrice Morges, Patrick Pilon, et Laurent Mege, les cinq éleveurs voient ou ont vu leur troupeau dépérir, en lien, selon eux, avec la mise en route d’éoliennes, de lignes à haute tension ou d’antennes relais de téléphonie. En cause probablement : des courants électriques qui s’infiltreraient dans le sol.

« Monsieur le ministre, monsieur le ministre, s’il vous plait, on pourrait vous interroger sur les agriculteurs qui ont des difficultés avec les ondes et les champs magnétiques ? », ainsi Stéphane Le Béchec, interpelle Marc Fesneau lors de sa déambulation le 13 septembre dans les allées du Space, raconte la journaliste de France 3 Bretagne.
 

Une audience de 20 minutes dans le salon

Après des échanges tendus avec les conseillers du ministre, ils obtiennent finalement une audience de 20 minutes avec Marc Fesneau. Selon France 3 Bretagne, le ministre leur a promis d’étudier individuellement chacun des dossiers et leur a laissé envisager de possibles indemnisations.

Le ministre aurait aussi proposé d’étudier la proposition suivante : mettre en place un point zéro avant tout projet, un diagnostic de chaque élevage, afin de voir si l’installation d’une éolienne, ligne à haute tension ou antenne 4G entraine par la suite des problèmes sur l’élevage. Contacté par nos soins, Frédéric Salgues confirme cette information.

Une réelle satisfaction pour Stéphane Le Béchec, éleveur breton, à l’initiative de la délégation selon un article d’actu.fr.

Le ministre a, selon lui, « pris conscience du problème », en proposant des « solutions concrètes ». Pour la première fois, il s'est senti pris au sérieux.

Reste maintenant à vérifier l’application de ces promesses, pour les cinq éleveurs.

Les plus lus

Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
Ovalie, vache égérie du salon de l'agriculture 2023, et ses deux veaux
La vache Ovalie ne viendra pas seule au salon de l’agriculture 2023
L’égérie du prochain Salon international de l’agriculture a donné naissance début janvier à des jumelles. Ses éleveurs se…
Pauline Pradier, vigneronne : « je veux montrer que mon métier est trop cool ! »
C’est l’histoire d’une vigneronne présente sur Instagram. A 31 ans, Pauline Pradier partage sa passion pour son métier à travers…
Publicité