Aller au contenu principal

Nouvel Arrêté abeilles : peu de satisfaits et beaucoup de mécontents

Le gouvernement a publié ce 21 novembre le nouvel « Arrêté abeilles ». Le texte fixe les conditions d’application de produits phytosanitaires pendant les périodes de floraison des cultures. Il instaure des plages horaires pour les traitements et étend à l’ensemble des pesticides la « mention abeilles » pour permettre l’épandage pendant ces périodes.

Interapi, l’interprofession des apiculteurs, regrette que le critère de la température au moment du traitement en période de pollinisation n’ait pas été pris en compte dans le nouvel Arrêté abeilles.
© Christian Gloria

Il était annoncé. Le nouvel « Arrêté abeilles » est paru le 21 novembre. Le texte qui a pour objectif d’enrayer le déclin des abeilles est très proche de la version proposée à la consultation publique en juillet 2021.

Les apiculteurs insatisfaits

Une des mesures phares du texte concerne la période de floraison des cultures. Pendant cette période, le texte prévoit une possibilité de traitement strictement réservée aux produits disposant de la « mention abeilles », avec une mise en place de plages horaires pour l’épandage. La fenêtre s’étend de 2 heures avant à 3 heures après le coucher du soleil. Précisons que cette mention en vigueur pour les insecticides va être étendue aux herbicides et aux fongicides.

La nouvelle réglementation ne satisfait pas les apiculteurs qui dénoncent la possibilité de traiter les cultures à des moments où les abeilles butinent. « Deux heures avant le coucher du soleil, sans autre critère, pour nous ce n'est pas acceptable », a déclaré à l'AFP Eric Lelong, président de l'Interprofession des apiculteurs (Interapi). L'organisation voulait que soit également pris en compte le critère de la température. Ainsi, en juillet, deux heures avant le coucher de soleil, « il fait 25 degrés » et « les abeilles sont encore en train de butiner ».

 

FNSEA et JA dénoncent l'insuffisance des moyens financiers

A l'inverse, la FNSEA et les JA, saluent, au nom de la lutte contre le travail de nuit des agriculteurs, « l'ouverture permettant de déroger à l'obligation de traiter les cultures attractives seulement après le coucher du soleil, avec l'ajout d'une plage de deux heures avant le coucher du soleil ». La FNSEA et les JA dénoncent néanmoins une « surtransposition des règles communautaires » ainsi que « l'insuffisance des moyens financiers pour mettre en œuvre les objectifs ». Ce plan pollinisateurs prévoit notamment une évaluation par l’Anses du risque de tous les pesticides pour les pollinisateurs en vue d'une possible restriction, voire interdiction de traitement sur les cultures attractives en floraison. Cette évaluation ne concernait auparavant que les insecticides.

 

Alors que certains agriculteurs se disent plutôt satisfaits, d’autres dénoncent un texte qui va les contraindre à travailler de nuit.  

 

 

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Andréa Catherine : « Je veux montrer qu’une agricultrice sait faire autant qu’un homme »
A 23 ans, Andréa Catherine ne doute plus : elle sera agricultrice. Actuellement salariée dans une exploitation, elle a prévu de…
Publicité