Aller au contenu principal

Nouveaux actes de mutilation sur des équidés en Normandie : vigilance et surveillance !

Les actes de cruauté envers les équidés se sont multipliés ces dernières semaines. Fin août, c’est la Normandie qui a été touchée à deux reprises. Incompréhension, interrogations… Les forces de l’ordre sont mobilisées pour mener l’enquête mais l’affaire reste bien mystérieuse. Les professionnels et les propriétaires d’animaux appellent à la vigilance et à la surveillance. Voisins sentinelles et caméras peuvent aider à repérer les comportements suspects.

Il est conseillé de ne pas laisser de licols aux chevaux.
© Phyllis Harris / flickr

« Nous ne voyons pas les motivations », confie Laurence Meunier, présidente du Conseil des chevaux de Normandie, à l’Agriculteur normand. « La psychose s’installe » constate-elle. Les actes de cruauté dont sont victimes les chevaux depuis deux ans se sont multipliés partout en France ces derniers mois. Au total, près d’une trentaine de cas ont été recensés dans l’Hexagone. La Belgique et l’Allemagne ont également été touchées. Les forces de l’ordre sont mobilisées.

Le mystère reste entier et la psychose s'installe

Fin août, la Normandie a été visée à deux reprises. Le 25 août, un cheval ornais a été retrouvé avec une entaille à l’encolure. Le 28 août, ce sont deux chevaux du club hippique de Deauville qui ont été retrouvés mutilés.

« On sent une crainte des propriétaires. Nous devons être vigilants », prévient Julien Aubrée, président de la section cheval à la FDSEA du Calvados. La Normandie, berceau du cheval, compte plus 100 000 équidés. « Mettez vos voisins au courant pour créer un réseau de sentinelles », conseille-t-il. Laurence Meunier encourage même à « installer une caméra de chasse ».

Des questions pour le moment sans réponse

En attendant « le mystère reste entier » commente l’Agriculteur normand. A ce stade, tout semble envisagé. « Est-ce une dérive sectaire ? un défi lancé sur internet ? un fou furieux ? des actes militants ? », interroge le journal. S’agit-il d’actes commis par une seule personne ou par plusieurs ? Les forces de sécurité intérieure mènent de front la prévention, le renseignement et l’investigation judiciaire.

Lire l’intégralité de l’article « Un cas dans le Calvados et un dans l’Orne : vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés »

Lire aussi « Actes de cruauté sur chevaux : les propriétaires doivent faire preuve de vigilance »

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Le kernza, une céréale pérenne, « modèle et prometteuse » pour diversifier les systèmes
C’est une nouvelle culture qui pourrait diversifier les systèmes. Le kernza est une céréale pérenne. Elle fait l’objet de…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Franck Reynier dit « Non au RIP » sur Facebook : « Nous avons trop subi, on est en train de réagir »
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
Publicité