Aller au contenu principal

En 2021, un nouveau bac pro « Conduite et gestion d’une entreprise hippique »

Etudier et monter son cheval au Haras national de Lamballe, c’est le programme proposé pour préparer le Bac professionnel CGEH « Conduite et gestion d’une entreprise hippique ». La formation en alternance est dispensée pour la première fois en 2021. Il reste des places dans les boxes pour les chevaux et il est encore temps de s’inscrire.

La formation Bac pro « conduite et gestion d’une entreprise hippique » se déroule dans le cadre du Haras national de Lamballe.
© Haras national de Lamballe - Syndicat mixte / archives - capture Facebook

C’est une formation atypique qui est dispensée pour la première fois cette année dans le cadre prestigieux du Haras national de Lamballe dans les Côtes-d’Armor. Le Bac pro « Conduite et gestion d’une entreprise hippique » CGEH se prépare en un an et est ouvert à des candidats déjà titulaires d’un Bac ou autres diplômes de niveau IV. Le parcours se déroule en alternance et s’adresse à des jeunes propriétaires d’un cheval ou qui peuvent se voir confier un cheval. La formation a été construite sur une idée du cabinet de recrutement jobenanglais.com. Elle permet d’acquérir des connaissances générales, scientifiques, techniques et économiques. L’enseignement en équitation est encadré par le coach Patrice Nogues.

Il reste des places

Nous proposons un « nouvel angle pédagogique, » assure Ronan Rouillé, gérant du cabinet de recrutement, qui s’occupe bénévolement de la formation. Il y a des places de libre pour les chevaux dans les boxes et des patrons prêts à embaucher les alternants, assure-t-il. Les jeunes peuvent aussi être fille ou fils d’éleveur et travailler dans l’entreprise familiale. La formation « sport étude » est encadrée par les MFR (Maisons familiales et rurales). Le Bac pro CGEH donne le statut agricole aux diplômés, ce qui permet d’acheter des terres et de s’installer. La formation peut déboucher sur une insertion professionnelle ou offrir des passerelles vers d’autres diplômes.

Le haras national de Lamballe dispose d’infrastructures équestres de haut niveau dont un manège olympique. Le lieu est également reconnu comme site d’excellence pour les concours d’élevage jeunes chevaux. Le haras de Lamballe appartient depuis 2016 à un syndicat mixte composé de La région Bretagne, le département des Côtes-d’Armor, Lamballe communauté et la ville de Lamballe. Ce projet pédagogique répond aussi à un enjeu « sauvegarde du patrimoine » souligne Ronan Rouillé.

Cette année, les apprenants viennent de différentes régions françaises mais dès l’an prochain, le recruteur pense ouvrir la formation à des candidats venus d’Irlande et de l’Europe entière.

 

Flyer

Les plus lus

Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici
Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux…
investissement photovoltaïque agriculture
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
méthaniseur agricole
Energies renouvelables : revalorisation du tarif d’achat du biométhane
Afin d’accroître la production de biométhane en France, le gouvernement publie deux textes visant à revaloriser le tarif d’achat…
Arnaud Gaillaut, président des Jeunes agriculteurs, et Emmanuel Macron à Terres de Jim.
Pacte d’orientation et d’avenir pour l’agriculture : les 4 annonces d’Emmanuel Macron
A Terres de Jim dans le Loiret, le président de la République a annoncé les grandes pistes sur lesquelles il compte travailler…
Jean Jouzel Giec changement climatique agriculture
« Changement climatique : les agriculteurs doivent faire partie des solutions », selon Jean Jouzel
Entretien avec Jean Jouzel, climatologue, ex vice-président scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution…
estives Lozère sécheresse
Sécheresse – décapitalisation : « coopératives et négociants voient arriver beaucoup d’animaux depuis deux semaines »
La présidente de la Chambre d’agriculture de Lozère exprime sa crainte de voir la décapitalisation des bovins viande s’amplifier…
Publicité