Aller au contenu principal

Tribune
Notre système agricole et agroalimentaire français fait faillite, « et nous regardons ailleurs »

Florian Delmas, 37 ans, président d’Andros, signe une tribune cash sur ce qu’il pointe comme les dérives du système agricole et agroalimentaire français, mettant selon lui en cause à terme notre souveraineté alimentaire.

Florian Delmas, président d'Andros
" Sans prise de conscience de la destruction massive de valeur opérée depuis plusieurs décennies ni de réactions sur le rééquilibrage de la répartition de la valeur de l’aval vers l’amont de la filière, la France est en passe de perdre son indépendance alimentaire selon Florian Delmas.
© Andros

Notre système agricole et agroalimentaire français fait faillite, « et nous regardons ailleurs ». Une faillite économique, démographique, écologique, sociologique et idéologique qui plonge la France dans un déclassement inquiétant.

 

Un peu d’histoire

Se nourrir correctement est une condition essentielle de stabilité et d’émancipation des sociétés humaines. « Un pays qui ne peut pas se nourrir lui-même n’est pas un grand pays », affirmait le général de Gaulle en 1962. La Politique Agricole Commune qui fut mise en place la même année à l’échelle européenne allait dans ce sens. Elle visait l’autosuffisance alimentaire, une condition essentielle pour garantir la paix. Dix ans plus tard, avec les progrès de la productivité et de l’acheminement des produits agricoles, le pari était réussi : mécanisation, développement du transport des marchandises, recours à la chimie pour les engrais et les pesticides donneront naissance à l’agriculture productiviste, sous la maîtrise de familles paysannes multigénérationnelles. Pendant ce temps, un modèle agroalimentaire industriel se développait pour produire, conditionner et distribuer une alimentation ainsi préservée, accessible au plus grand nombre.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, la France n’a plus jamais été confrontée à la famine et a renforcé sa souveraineté politique par le levier alimentaire. L’ensemble des maillons de la chaîne ont massivement investi pour construire un modèle compétitif et performant, ayant par ailleurs contribué à une politique d’exportation massive de produits et de savoir-faire (équipementiers, agriculteurs, transformateurs, logisticiens, distributeurs). Un modèle envié par le monde des années 1960 aux années 2010 avec 3 atouts majeurs, à partir desquels il est toujours possible de bâtir une politique forte et prometteuse : un contexte pédoclimatique le plus diversifié au monde, une expertise technologique et sanitaire reconnue, une gastronomie de renom.

Un demi-siècle plus tard, notre système agricole et agroalimentaire français fait faillite, et nous regardons ailleurs.

Depuis 2010, l’excédent agroalimentaire français a été divisé par deux (sans les vins et spiritueux, nous serions déjà déficitaires). Selon un rapport du Sénat, la France pourrait connaître son premier déficit agricole depuis la seconde guerre mondiale en 2023.

50% des poulets que nous consommons sont importés de pays qui ne respectent pas les réglementations qui nous sont imposées.

40% des légumes que nous consommons en France sont importés, 60% des fruits, contre respectivement 28% et 43% en 2000. Là aussi, les normes sociales, fiscales, sanitaires et environnementales sont en défaveur de la France.

En 20 ans, la surface des vergers a reculé de 40% et celle des légumes de 13%, non compensé par l’amélioration des rendements. Dans le même temps, elle a augmenté de plus de 50% en Allemagne, 29% en Hollande.

¼ des produits porcins sont importés alors que nous élevons plus de porcs que nous en consommons.

Au-delà de ces constats, la faillite du système agricole et agroalimentaire français est plus profonde et mérite qu’on s’y attarde.
 

Une faillite économique

La France est la première puissance agricole de l’Union Européen, cumulant un chiffre d’affaires de 73 Milliards d’euros. Avec près de 18% de l’enveloppe globale, la France est aussi le premier pays bénéficiaire du budget de la Politique Agricole Commune (PAC). Cela équivaut à un peu plus de 12 Milliard d’euros versés annuellement aux 420 000 exploitations agricoles employant un peu plus de 600 000 personnes. Le fait le plus marquant, révélé par un récent rapport de l’Inrae, est que les aides de la PAC constituent les 3/4 du résultat courant avant impôts des exploitations agricoles françaises. La dépendance diffère cependant selon le type d’exploitation. Avec 195% d’aides directes dans la formation du revenu, en moyenne nationale sur dix ans, les exploitations de bovins-viande sont les plus dépendantes des aides directes de la PAC. C’est un peu plus de 100% du résultat courant avant impôt des exploitations spécialisées en céréales et oléo-protéagineux et des exploitations de polyculture-élevage.

Autrement dit, sans un soutien massif équivalent à près de 400 euros annuels par ménage français, notre système agricole est en faillite, alors même qu’un ménage agricole sur 5 vit sous le seuil de pauvreté. Un mal être et une déconsidération qui dépasse l’enjeu économique et se traduit malheureusement aujourd’hui par près de deux suicides de chef d’exploitation par jour.

L’industrie agroalimentaire est quant à elle le premier secteur industriel français, aussi bien en termes de chiffre d’affaire que d’emplois. A elle seule, elle compte 18 000 entreprises, 200 Mds de CA, 450 000 emplois. La particularité de cette industrie est une interdépendance forte entre les maillons de la chaîne, très territorialisés et donc faisant vivre des écosystème économiques locaux majeurs et dynamiques. Pour 1 emploi dans l’industrie agroalimentaire, 4 emplois indirects sont créés.

Pourtant, la rentabilité des industries alimentaires française a perdu plus de 10 points en 10 ans, passant en deçà de la rentabilité moyenne des industries manufacturières (de 46% de marge brute à 34% aujourd’hui). Et ce ne sont pas les bénéfices affichés par des multinationales de renom qui doivent servir de base d’étalonnage. La réalité de la majorité des entreprises agroalimentaire est tout autre.

 

Le retour sur capital employé, déjà inférieur à celui de la grande distribution indépendante, ne cesse de s’effondrer, atteignant 8% en 2020 contre 10% en 2014.

 

Autant de résultats biaisés par le régime fiscal particulier qui exonère d’impôts sur les sociétés la majorité des coopératives agricoles et agroalimentaires françaises, qui représentent à elle seul 40% du chiffre d’affaires généré par l’industrie agroalimentaire, soit près de 80 Milliards d’euros.

 

Les distorsions de concurrences à l’import, l’inflation des matières premières, la puissance de la grande distribution dopée par la succession de lois favorables à un maintien du pouvoir d’achat par le prix bas en sont les principales causes. S’en suit un cercle vicieux de disqualification de la filière agroalimentaire française par un recul successif de l’investissement en France à l’heure de transformations indispensables : robotisation, automatisation, traçabilité et transition écologique. L’attractivité économique de la filière agroalimentaire sur le territoire français, dont la démographie et le PIB stagnent, se réduit comme peau de chagrin et n’augure rien de bon.  Sans prise de conscience de la destruction massive de valeur opérée depuis plusieurs décennies ni de réactions sur le rééquilibrage de la répartition de la valeur de l’aval vers l’amont de la filière, la France est en passe de perdre son indépendance alimentaire.

 

Une faillite écologique

Les évolutions sociétales du siècle dernier caractérisées par un mouvement de l’ère agricole vers une domination écrasante de l’ère industrielle puis servicielle ont modelé notre système agricole et agroalimentaire. Si cela a contribué jusqu’à un certain point à de véritables progrès sociaux, il n’en reste pas moins un impact négatif significatif sur notre environnement.

Ainsi, l’agriculture couvre 53% du territoire français, rendant la qualité du sol et du sous-sol très dépendante de cette activité. L’usage de produits phytosanitaires et les pollutions résiduelles sont ainsi pointés du doigt. L’agriculture utilise 70% de l’eau consommée en France, ce qui implique une cohérence avec les choix de culture et d’élevage dans leur écosystème. Les émissions de gaz à effet de serre dans l’industrie agroalimentaire et l’agriculture française participent pour environ un cinquième des émissions totales. La production agricole et agroalimentaire serait le secteur économique qui a le plus fort impact négatif sur la biodiversité, contribuant ainsi à la perte totale de biodiversité terrestre de l’ordre de 70%. La contribution positive des emballages à la préservation de nombreux aliments n’en reste pas moins problématique lorsqu’ils ne sont pas recyclables ni recyclés. Enfin, la FAO estime que plus d’un tiers de notre alimentation est gaspillée ou jetée sur l’ensemble de la filière, du champ jusqu’aux poubelles du consommateur.

A l’heure de changements climatiques inéluctables, l’agriculture française doit se réinventer. Il apparaît impossible d’avoir un modèle agricole exclusif qui soit susceptible de répondre aux besoins et de satisfaire les intérêts de toutes les parties prenantes : les agriculteurs, les consommateurs, les industriels, les investisseurs, les animaux, l’économie nationale, l’environnement et la planète, la culture et l’identité. C’est pourquoi plusieurs modèles nécessairement performants doivent cohabiter : agriculture régénératrice, agriculture du tout qualité, agriculture d’entreprise, agriculture ultralibérale, agriculture technologique.

La quantification des impacts rendue désormais possible constitue le principal levier pour une bifurcation du système agricole et agroalimentaire réduisant l’impact sur l’environnement, dès lors que le modèle économique génère assez de valeur et rend ainsi viable les investissements nécessaires à la transition pour une agriculture agro-écologique performante et un modèle agroalimentaire le plus neutre possible sur notre environnement.

 

Une faillite démographique

L’exode rural provoqué à l’issue de la seconde guerre mondiale et le développement d’un modèle productiviste auront fortement modifié le paysage agricole français ainsi que sa démographie. On dénombrait près de 2,3 millions d'exploitations agricoles en 1955 contre un peu moins de 490 000 en 2010. Cela s’est naturellement accompagné d’une augmentation significative de la taille des exploitations ainsi que de la productivité de la filière.

Aujourd’hui, le secteur agricole est confronté au défi de la démographie et du renouvellement générationnel des exploitants et actifs agricoles. Un tiers des agriculteurs a plus de 60 ans ou atteindra cet âge dans les cinq années à venir, et pourra alors prétendre à partir à la retraite. Plus largement, la proportion des agriculteurs entre 45 et 59 ans équivaut à 51%. A horizon 2025, si les tendances se maintiennent, la France compterait 342 000 exploitations agricoles.

La concentration de l’appareil productif agricole se poursuivra donc. Cette réalité inquiète à plusieurs titres et oblige à des choix politiques forts et rapides de sorte à éviter à ce que la concentration ne soit suivie d’une contraction par déficit d’attractivité et de vocations. En effet, au-delà de la baisse du nombre de chefs d’exploitations et même si la mécanisation des taches se poursuit, la filière doit aussi s’assurer de disposer des personnels actifs nécessaires pour assumer le travail agricole encore manuel. Cela passe inévitablement par la revalorisation des métiers agricoles et agroalimentaires et la promotion de formations indispensables pour la reprise, la création et le développement de nouveau modèle agricoles et agroalimentaires.

 

Une faillite idéologique

Depuis une décennie, un nouveau malaise agricole et agroalimentaire s’installe en France. L’ensemble de la chaîne alimentaire fait régulièrement l’objet d’attaques, de critiques et d’un dénigrement dans l’espace public. Plus connu sous le terme « agri-bashing » et « food-bashing », il a été mesuré ces dernières années une intensification, un élargissement, une radicalisation et une plus forte visibilité de la contestation des modes de production conventionnels. Ce qui est au cœur de l’agribashing, c’est avant tout l’implication en amont de la production agricole de l’industrie agrochimique et des biotechnologies et, en aval, de l’industrie agroalimentaire, alors même que les consommateurs perçoivent aujourd’hui principalement l’agriculture à travers ce qu’ils ont dans leur assiette.

Pour autant, si de nouvelles exigences citoyennes paraissent indispensables pour répondre aux divers enjeux des prochaines décennies, elles ne doivent jamais occulter les bases de tout modèle de développement durable des sociétés humaines, nécessitant avant tout et pour tous, l’autosuffisance alimentaire comme condition essentielle d’émancipation et de garantie de la paix.

Aucune démagogie ne peut être permise sur un sujet aussi grave au XXIème siècle, où l’agriculture et l’agroalimentaire sont confrontés à un défi sans précédent : nourrir durablement près de 10 milliards d’individus à l’horizon 2050, en leur assurant un bol alimentaire nutritionnel sûr et sain, grâce à des systèmes respectueux de l’environnement. Il est urgent de reconsidérer la place des activités agricoles et des acteurs de la filière alimentaire pour préserver notre avenir sur le long terme : maintien de l’indépendance alimentaire, préservation de notre environnement et sécurité sanitaire des populations. La chaîne alimentaire n’est pas seulement un fournisseur de produits alimentaires, elle est aussi un acteur essentiel à notre survie, notre santé et à celle de l’environnement.

 

Une faillite sociologique

Bien que ce soit de manière souvent banale et largement invisible, l’alimentation est au cœur de la vie quotidienne, et au cœur de problèmes sociaux, économiques et politiques, en particulier ceux relatifs à la santé et à l’environnement. Ne pas manger assez, mais aussi manger mal, constituent le double fardeau de la malnutrition et la France n’est plus épargnée. Les causes sont multifactorielles. En effet, si les inégalités alimentaires rejoignent les inégalités de santé, elles sont également liées aux inégalités de revenu, de diplôme ou encore de logement.

A ce titre, et plus particulièrement dans le contexte actuel d’inflation, la fracture sociologique pour l’accès à une alimentation saine, sure et durable ne cesse de s’accroitre en France à tel point que deux catégories d’acheteurs/consommateurs se distinguent désormais : d’un côté, les ménages aux budgets contraints qui font des choix drastiques pour assurer une couverture minimale de leur besoin physiologiques, de l’autre les ménages aux revenus aisés souhaitant accéder à une alimentation plus qualitative, plus saine et avec un impact positif sur l’environnement ou le bien-être animal.

Au-delà de cette franche et triste réalité, c’est plus particulièrement « l’épidémie » d’obésité qui inquiète l’Organisation mondiale de la santé, tant sa progression est fulgurante. En France, où l’obésité augmente pour atteindre 17% de la population, c’est désormais une personne sur deux qui est en surpoids. Un problème de santé publique qui pèse aujourd’hui 40 milliards d’euros sur le budget de santé de l’état français, 100 milliards dans 10 ans si rien n’est fait. Cela questionne inévitablement notre modèle agroalimentaire et se combine avec une baisse de l’activité physique, due à l’amélioration progressive du niveau de vie.

Infléchir ces tendances quantitatives et qualitatives relatives à l’alimentation nécessite des changements sociétaux majeurs, et implique de nouvelles politiques alimentaires devant dépasser l’enjeux d’une alimentation saine et accessible, en y associant l’éducation à une hygiène de vie également saine.

 

 

Quelles valeurs et quelle (répartition de la) valeur voulons-nous donner à notre alimentation ? A l’heure où le risque de guerres animales (guerres relatives aux enjeux physiologiques) s’additionne aux guerres spirituelles et économiques, le constat amer de la faillite de notre système agricole et agroalimentaire oblige à des choix vitaux pour assurer la souveraineté politique de la France. Une souveraineté intimement liée à la compétitivité et à la capacité à exporter de notre modèle et qui ne peut s’envisager autrement qu’à l’échelle européenne et avec un rééquilibrage de la répartition de la valeur plus en amont de la chaîne alimentaire.

L’agriculture et l’industrie agroalimentaire sont à la France ce qu’est l’automobile à l’Allemagne. Elles s’appuient sur des produits de grande qualité, disponibles à proximité, qui auront permis l’émergence de fleurons mondiaux de l’agroalimentaire durant les 30 glorieuses. Si ces dernières nous ont fait croire au mirage de la consommation au travers du « tout service » et du « tout commerce », l’appauvrissement de notre appareil productif agricole et agroalimentaire qui s’en suit grève sa capacité à se renouveler face aux enjeux nourriciers de notre siècle.

 

Biographie de Florian Delmas, président d’Andros

Après avoir obtenu son diplôme d’Ingénieur agroalimentaire ISARA en 2008 qu’il complétera par un exécutive MBA à HEC 7 ans plus tard, Florian Delmas aura exercé plusieurs fonctions au sein d’Andros : Chef de projet BtoB, Directeur du centre R&D, Directeur du sourcing et de l’amont fruitier, Directeur Général Andros France, Directeur Général Groupe Andros et président d’Andros depuis août dernier. Reconnu dans son domaine d’activité, il a été nommé Young Leader 2021 de la French American Foundation et 4 fois parmi les Leaders Economiques de demain.

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey
Comment McKinsey compte influencer l’évolution de l’agriculture française
Le cabinet de consultants McKinsey a mis en place un simulateur d'agriculture régénératrice hébergé sur le campus Hectar, créé…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
Laurie Poussier, future agricultrice : « je veux juste parler de mes petits bonheurs parce que je suis heureuse au quotidien »
Laurie Poussier sera officiellement éleveuse en 2023, avec comme projet la création d’une savonnerie artisanale à la ferme. La…
Publicité