Aller au contenu principal

Nos assiettes connaissent notre âge et notre sexe

© Patrick Cronenberger

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a publié cet été les résultats de son étude sur les habitudes alimentaires des Français. Il s'agit de la troisième édition de ce travail (Inca 3). La précédente, Inca 2, remontait à il y a sept ans.

2,2 kg pour les ados, 2,9 kg pour les adultes

Les Français consomment en moyenne 2,9 kg d'aliments chaque jour, soit environ 2200 kcal, dont 50 % de boissons.
En moyenne, les enfants, jusqu'à 10 ans, consomment 1,6 kg d'aliments et de boissons par jour. Cette quantité s'élève à 2,2 kg pour les adolescents âgés de 11 à 17 ans et à 2,9 kg pour les adultes de 18 à 79 ans. Les boissons représentent plus de la moitié de cette ration journalière, et l'eau constitue la moitié des boissons consommées.
On constate des disparités de comportements en fonction de l'âge, du sexe, du niveau d'étude ou encore de la région.

De l'eau, de l'eau

La place des eaux et boissons est prépondérante chez les enfants de 0 à 10 ans devant les produits laitiers (y compris le lait) et les fruits et légumes ou aliments à base de fruits et légumes (jus y compris). Pour les 11 - 17 ans, on reste sur la même logique. En revanche, pour les classes d'âge suivantes (18 - 44 ; 45 - 64 et 65 - 79), la proposition des eaux et autres boissons est encore plus importante. Elle distance nettement les fruits et légumes (à noter que la classe des 65 - 79 ans est plutôt plus consommatrice de fruits et légumes que les autres classes adultes).

Madame et Monsieur mangent différemment

Les femmes privilégient la consommation de yaourts/fromages blancs, de compotes/fruits au sirop, de volailles, de soupes/bouillons et de boissons chaudes. Du côté des hommes, produits céréaliers raffinés, fromages, entremets/crèmes desserts, viandes, charcuteries, légumineuses, pommes de terre, sandwichs/pâtisseries salées et boissons alcoolisées ont leur préférence.

 

Missing élément de média.

Trop de sel, pas assez de fibres

Si les apports en sucre et en graisse ne sont pas étudiés, Inca 3 donne des estimations pour le sel et les fibres.
Les apports en sel sont estimés à 4,4 g/j chez les enfants de 0 à 10 ans, 6,5 g/j chez les adolescents de 11 à 17 ans et 8,0 g/j chez les adultes de 18 à 79 ans. Chez les adultes, ces apports restent supérieurs à l'objectif nutritionnel de santé publique fixé par le Programme national nutrition santé, soit 8 g/j en moyenne pour les hommes et 6,5 g/j pour les femmes. Les principaux aliments contributeurs sont les pains et les produits de panification sèche, les sandwichs, pizzas et pâtisseries salées, les condiments et sauces, les soupes et les charcuteries.
Les apports en fibres, qui s'élèvent à 13 g/j en moyenne chez les enfants de 0 à 10 ans, 17 g/j chez les adolescents de 11 à 17 ans et 20 g/j chez les adultes de 18 à 79 ans, apparaissent trop faibles par rapport aux recommandations de l'Anses (30 g/j chez les adultes). Les principaux vecteurs de fibres sont les fruits et légumes et les produits céréaliers.

Industrie agroalimentaire et approvisionnement local

Quatre grandes tendances de consommation apparaissent dans cette publication.
D'abord, la part de consommation des aliments transformés s'accroît en France. L'étude montre également que les produits agroalimentaires industriels représentent la majorité de ces aliments transformés consommés par les Français hors restauration. Ensuite, la consommation de denrées d'origine animale crues chez les adultes a progressé depuis l'étude Inca 2, avec notamment un doublement du taux de consommateurs de poissons crus (de 15 % à 31 %) et une progression significative de celui de viande de bœuf crue (de 24 % à 30 %). En troisième lieu, la pratique de l'approvisionnement local devient une pratique courante. Enfin, de plus en plus de consommateurs ont recours aux compléments alimentaires, aussi bien chez les enfants de 3 à 17 ans (passant de 12 % à 19 %) que chez les adultes (passant de 20 % à 29 %).

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Le kernza, une céréale pérenne, « modèle et prometteuse » pour diversifier les systèmes
C’est une nouvelle culture qui pourrait diversifier les systèmes. Le kernza est une céréale pérenne. Elle fait l’objet de…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Franck Reynier dit « Non au RIP » sur Facebook : « Nous avons trop subi, on est en train de réagir »
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
Publicité