Aller au contenu principal

Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau

Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques restent à un niveau très bas, alerte le BRGM.

niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
© BRGM

« La situation des nappes phréatiques n’est toujours pas satisfaisante. Les pluies de ce début d’automne ne sont pas compensées par les déficits accumulés depuis le début de l’année. […] l’unique solution pour préserver l’état des nappes, et ainsi maintenir la continuité entre eaux souterraines et eaux superficielles et préparer l’année 2023, est de limiter les prélèvements en eau », alerte le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) dans son bulletin mensuel du 16 novembre dernier.
 

Des niveaux très bas des eaux souterraines dans plusieurs régions

Les déficits pluviométriques enregistrés sur l’année hydrologique 2021-2022 et la forte sollicitation des eaux souterraines durant le printemps et l’été 2022 ont encore des conséquences sur les niveaux des nappes, pointe le service géologique national français. Et ce d’autant plus que les pluies infiltrées de ce début d’automne restent « très insuffisantes » pour compenser les déficits accumulés ces derniers mois.

Résultat : en octobre, les niveaux restent préoccupants dans une grande partie du territoire, note le BRGM avec « 75% des indicateurs affichant des niveaux modérément bas à très bas ».


Plusieurs nappes présentent des situations peu favorables par rapport à tous les mois d’octobre des années précédentes :

  • Les niveaux des nappes des calcaires karstifiés des Causses à la Charente sont « très bas »
  • Les niveaux des nappes inertielles des cailloutis plio-quaternaires de Bourgogne-Franche-Comté sont « très bas », « la vidange étant toujours active et la situation se dégrade progressivement depuis le printemps »
  • Les niveaux des nappes de la molasse miocène du Bas-Dauphiné, des alluvions et des formations complexes de Provence et de la côte d’Azur restent à des « niveaux bas à très bas ».


Quelques situations favorables pour les nappes

« L’état des nappes s’améliore uniquement sur les nappes du nord-est qui ont débuté leur recharge et sur les nappes de Bretagne », note le BRGM dans son dernier bulletin.

Plusieurs nappes présentent des situations favorables, note le bureau qui cite :

  • Les nappes alluviales de la plaine d’Alsace nord et de Bourgogne-Franche-Comté
  • Les nappes alluviales de l’Adour et du Gave de Pau ainsi que de la Garonne, de la Dordogne et de leurs principaux affluents
  • Les nappes des calcaires karstiques des régions Montpelliéraines et Nîmoises.
     

Le BRGM alerte sur les prélèvements cet hiver

« Les niveaux des nappes à l’entrée de l’hiver 2022-2023 sont nettement inférieurs à ceux de l’année dernière avec des nombreuses nappes affichent des niveaux bas à très bas. L’unique solution pour préserver l’état des nappes, et ainsi maintenir la continuité entre eaux souterraines et eaux superficielles et préparer l’année 2023, est de limiter les prélèvements en eau », conclut le BRGM à l’issue de son bulletin mensuel.

Selon le service géologique national français, « durant l’automne, l’hiver et le début de printemps, la situation devra être surveillée sur l’ensemble des nappes du territoire et plus particulièrement sur les nappes ayant enregistré un étiage sévère ». Et le BRGM insiste : « la reconstitution des réserves en eau souterraine et l’atteinte de niveaux normaux en sortie de l’hiver 2023 ne sera possible que si la recharge est abondante pendant l’automne et l’hiver ».

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey
Comment McKinsey compte influencer l’évolution de l’agriculture française
Le cabinet de consultants McKinsey a mis en place un simulateur d'agriculture régénératrice hébergé sur le campus Hectar, créé…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Eleveur laitier proche de la retraite
La retraite des agriculteurs basée sur les 25 meilleures années à partir de 2026
L’Assemblée nationale a voté ce 1er décembre à l’unanimité un texte permettant de calculer la retraite de base des…
Publicité