Aller au contenu principal

Relations de voisinage
Néoruraux et conflits de voisinage : construire la coexistence plutôt que les murs

Il en va des relations de voisinage comme de bien d'autres : quand la communication est coupée et que la haine s'installe, seuls les juges peuvent régler les conflits. Avant d'en arriver là, des actions peuvent être menées pour construire une coexistence sereine entre professionnels de l'agriculture et habitants des campagnes.

© Jérôme Chabanne

C’est une vidéo assez incroyable mise en ligne sur Facebook par une agricultrice de Haute-Savoie qui se dit harcelée par sa voisine. Et à visionner les images, on veut bien la croire ! Cela ressemble plus à de l’acharnement anti-agriculture qu’à une simple querelle de voisinage. Comment peut-on en arriver là ?, c’est toute la question. A ce stade, et sans mauvais jeu de mots, cette histoire de servitude de passage est totalement dans l’impasse.

Pourtant la réglementation semble claire. Sur Service-Public.fr, on peut lire : « La loi reconnaît au propriétaire d’un terrain enclavé un droit de passage sur une propriété voisine. L’accord du propriétaire du terrain utilisé pour le passage n’est alors pas nécessaire : on parle de servitude légale. »  Pour les humains, peut-être, mais dans le cas de la vidéo, ni pour les animaux, ni pour les tracteurs, semble-t-il. Et là est toute la subtilité. Quand on est agriculteur et éleveur, et ferme pédagogique de surcroît, on a besoin d’un passage plus large pour déplacer les vaches laitières, faire circuler les tracteurs avec outils attelés et amener les groupes en car à la ferme. Tout cela paraît évident. Alors pourquoi construire des murailles ? « En cas de conflit », dit encore le site du service public, « (si le voisin fait obstruction au passage par exemple) », ce qui ne semble pas faire de doute dans le cas présent, « il faut saisir le juge du tribunal de grande instance pour qu’il vous reconnaisse le droit de passage ».  A ce stade, c’est sûr, le litige a peu de chance de se régler à l’amiable.

Mieux vaut donc agir en amont et mettre en place les bases d’une cohabitation sereine.

Dans Réussir Vigne, Catherine Gerbod et Xavier Delbecque présentent « Cinq initiatives pour pacifier les relations entre viticulteurs et riverains » et faciliter la coexistence entre citadins et vignerons.  Se comprendre mutuellement pour mieux se côtoyer et se respecter, tel est  l’objectif.

Les plus lus

Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
film
« La terre n'absorbe plus l'eau parce qu'elle se meurt » : la dégradation des sols filmée dans les Hauts-de-France
« Paysans du ciel à la terre avec les agriculteurs de Hauts-de-France » est un film d'Hervé Payen et Agathe Vannieu réalisé entre…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
Ovalie, vache égérie du salon de l'agriculture 2023, et ses deux veaux
La vache Ovalie ne viendra pas seule au salon de l’agriculture 2023
L’égérie du prochain Salon international de l’agriculture a donné naissance début janvier à des jumelles. Ses éleveurs se…
Publicité