Aller au contenu principal

Salon de l'herbe
Mélanges céréales - protéagineux : une réponse au changement climatique

Des associations céréales protéagineux robustes et productives adaptées aux évolutions climatiques avec des semis en octobre et des récoltes début juin peuvent permettre de contourner les périodes de sécheresses majeures. Avec des stratégies de récolte plus précoces, visant davantage la qualité.

Julien Fortin, responsable de la ferme expérimentale de Thorigné d'Anjou (63), a présenté les travaux de recherche sur une association céréales-protéagineux lors d'une conférence au Salon de l'herbe et des fourrages de Villefranche d'Allier mercredi 1er juin 2022.

Sécuriser le système fourrager de l'exploitation

8,8 tonnes c'est la matière sèche récoltée en moyenne tous les ans, début juin, avec cette association céréales-protéagineux. Ce mélange permettrait de sécuriser le système fourrager de l'exploitation avec un niveau de productivité satisfaisant tout en ayant une bonne valeur nutritive pour satisfaire les besoins des animaux.

Une base triticale associée à 2 protéagineux

Et pour atteindre ce niveau de matière sèche, le mélange gagnant se composerait d'une base triticale associée à 2 protéagineux comme par exemple le pois fourrager et la vesce. Ces fourrages récoltés en ensilage permettraient notamment un ramassage avant les épisodes de sécheresses estivales. Plus la récolte est précoce, plus l'éleveur gagnerait en valeur nutritive.

Productivité et doses de semis du mélange céréales-protéagineux
© Julien Fortin

 

Triticale : la céréale la plus robuste en mélange

D'autres essais ont été menés sur du seigle et de l'épeautre en remplacement du triticale. Si le seigle permet d'obtenir davantage de rendement, il souffre d'une variabilité importante comparé au triticale. Quant à l'épeautre, il ne passe ni les tests de la productivité ni ceux de la valeur nutritive.

Des alternatives au triticale
© Julien Fortin

 

Des alternatives au triticale
© Julien Fortin

La féverole : une alternative au pois fourrager à l'étude

L'objectif de ces essais est d'augmenter la part de protéagineux pour récolter le plus tardivement possible tout en maintenant des valeurs nutritives élevées. Sensible aux problèmes de verse, le pois fourrager pourrait être remplacé à l'avenir par une association triticale et féverole. Un mélange gagnant qui permettrait de maximiser rendements et valeurs nutritives en récolte dite tardive. 

Les plus lus

Le meilleur de l'humour des agriculteurs sur les réseaux sociaux
L'humour agricole est une vieille tradition qui a trouvé sa place sur les réseaux sociaux. Autodérision, humour vache, absurde,…
Sophie Renaud, Miss France agricole 2021 : « On voit qu’il y a des femmes en agriculture grâce à Instagram »
Sophie Renaud s’est installée sur la ferme familiale en 2016. Elle communique beaucoup pour défendre son métier et la place des…
Preview image for the video "😱 18 BATTEUSES DANS 1 PARCELLE - Dernières moissons à l'ETA GABARD".
18 batteuses dans une parcelle, qui est derrière la vidéo qui fait le buzz ?
Mise en ligne vendredi 29 juillet sur Youtube, la vidéo cumule les vues. Elle est signée Honoré Sarrazin, jeune vidéaste et futur…
L’agriculture bio tire le marché des produits phytos vers le haut
Les ventes de produits phytopharmaceutiques aux distributeurs pour l’année 2021 ont augmenté. C'est l'agriculture bio qui a…
Benoît Le Baube de la ferme de Cagnolle répond à la vidéo du Parisien sur le maraîcher de Marcoussis Marc Mascetti.
[Video] Faire pousser des légumes sans eau ? La ferme de Cagnolle répond au maraîcher de Marcoussis
Alors que la France traverse une sécheresse historique, une vidéo du Parisien sur Marc Mascetti, maraîcher à Marcoussis,…
Production de fourrages : quel sera l’impact du changement climatique en 2070 ?
Le changement climatique s’accélère et l’agriculture est directement impactée. Quid des années futures avec le réchauffement…
Publicité