Aller au contenu principal

Interview exclusive
L'Ukraine a besoin de gazole et de produits phytosanitaires pour son agriculture

Nommé ministre de l’agriculture ukrainien en décembre 2020, Roman Leshchenko avait commencé à conduire une réforme agraire dans le pays, il était également investi dans un programme de soutien à l’irrigation. Mais la guerre est arrivée, qui menace désormais la campagne de semis 2022. Grâce à Yurii Honcharenko, rédacteur en chef du magazine Zerno, dont l’activité a été stoppée par la guerre, Roman Leshchenko a accordé un entretien exclusif à nos confrères d'Agra presse, par messagerie. Il fait le point sur l’état de l’agriculture ukrainienne et des infrastructures d'export, et ses besoins d'appui des pays voisins, tel qu’ils étaient connus le 11 mars.

Roman Leshchenko, ministre de l'Agriculture de l'Ukraine
Roman Leshchenko, ministre de l'Agriculture de l'Ukraine
© Ministère de l'agriculture de l'Ukraine

Quel est l’effet de la guerre sur la filière alimentaire en Ukraine ? Qu’attendez-vous des pays voisins en matière de sécurité alimentaire ?

La guerre a interrompu les chaines d’approvisionnement à l’export. Nos principales exportations passent par les ports et ils sont fermés. Nous sommes un pays orienté vers l'exportation, 70% des produits agricoles ont été exportés.

Il est difficile de remplacer rapidement certaines choses, y compris en matière d’importations. Cela concerne en premier lieu des produits phytosanitaires et du carburant, qui sont nécessaires à la conduite des semis.

Afin d'assurer la sécurité alimentaire, nous devons maintenant terminer toutes les interventions culturales du printemps. Pour cela, comme nous sommes dans un état critique, nous avons besoin de livraisons de gazole et de produits phytosanitaires depuis l'Europe. D’autres autres facteurs ne sont pas critiques, pour lesquels nous sommes prêts à couvrir nos besoins.

Par ailleurs, nous avons décidé d'interdire l'exportation des engrais importants depuis l'Ukraine, en raison de l'état de guerre et dans le but de maintenir un équilibre sur le marché domestique. J'insiste pour dire que cette interdiction est prise sous la contrainte et de manière temporaire, pour s'assurer de la réussite des semis.

L'infrastructure d'exportation est bloquée, mais pas gravement endommagée

Dans quelle mesure les principales infrastructures d'exportation de céréales ont-elles été endommagées ? En combien de temps pourraient-elles fonctionner à nouveau ?

Actuellement, l'infrastructure d'exportation est bloquée, mais pas gravement endommagée. Par conséquent, si le transport maritime était débloqué, nous pouvons reprendre les exportations d'ici une semaine.

Comment la guerre affecte-t-elle l’agriculture ukrainienne, en particulier les semis des cultures de printemps ? Quel niveau de production l’agriculture ukrainienne peut-elle atteindre cette année?

Actuellement, il n’y a pas d’impact sur les cultures de printemps, étant donné que la saison des semis commencera de manière active le 7 avril. En même temps, nous savons déjà que nous n’aurons pas une récolte record – la production des cultures de printemps sera au moins inférieure de 30% à l’année précédente. Notre capacité à atteindre 70% dépendra de l’approvisionnement en diesel, d’autres facteurs de production, et de l’évolution des opérations militaires russes sur le territoire.

La production des cultures de printemps sera au moins inférieure de 30% à l'année précédente

Vous avez récemment annoncé que les agriculteurs et les ouvriers agricoles étaient exemptés de mobilisation dans l’armée. Combien ont quitté leurs fermes jusqu’à présent ? Cela affecte-t-il la production?

Oui, nous avons débuter une procédure de mise en réserve des agriculteurs, pour pouvoir réussir la campagne de semis. En ce moment, les agriculteurs ne peuvent pas travailler là où les hostilités se poursuivent. Sur le reste du territoire, il n’y a pas eu d’interruption de leur travail. Toutes les activités d’élevage sont réalisées au quotidien, et la production agricole devrait être semée en avril. 

Voir tous les articles de Réussir sur les conséquences de la guerre en Ukraine

Nous avons entendu parler des problèmes de logistique des semences et des difficultés pour les agriculteurs à obtenir des prêts pour acheter des marchandises importées. Quelle est la situation?

La logistique pose effectivement des problèmes. Aujourd’hui, toute la logistique est redirigée vers le transport ferré avec les pays européens: Roumanie, Hongrie, Slovaquie, Pologne.

En matière de crédit, l'Etat envisage de mettre en place un mécanisme préférentiel de crédit aux agriculteurs afin qu'ils puissent acheter tous les moyens de production nécessaires. Dans les prochains jours, des décisions seront prises et annoncées aux agriculteurs.

Quelle est l'importance des régions de Donetsk et Louhansk en termes d'agriculture ?

Une grande partie des oblasts de Donetsk et Louhansk ont été temporairement occupés au cours des huit dernières années. Par conséquent, ces territoires cultivaient pour couvrir les besoins internes de la population et ne jouaient pas un rôle essentiel pour assurer la sécurité alimentaire de l'Ukraine.

Soit vous soutenez l'agresseur, soit vous refusez de coopérer avec lui

Quelle est votre position sur le fait que les entreprises alimentaires de l'UE ne quittent pas la Russie, arguant qu'elles doivent maintenir la sécurité alimentaire ?

Ma profonde conviction est que, pendant la guerre, il ne peut y avoir de "demi-teintes" et de position "moyenne". Soit vous soutenez l'agresseur, soit vous refusez de coopérer avec lui jusqu'à ce qu'il arrête toutes ses activités criminelles.

C’est seulement dans le cas où la communauté européenne affirme son unité et sa position la plus forte, c'est à dire le refus intégral du financement de l'occupant, que ce dernier sera plus enclin à faire des concessions et à négocier. D'autant plus que la nourriture, contrairement aux vêtements ou aux appareils électroménagers, est vraiment une question de nécessité.

Les plus lus

Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
film
« La terre n'absorbe plus l'eau parce qu'elle se meurt » : la dégradation des sols filmée dans les Hauts-de-France
« Paysans du ciel à la terre avec les agriculteurs de Hauts-de-France » est un film d'Hervé Payen et Agathe Vannieu réalisé entre…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
Ovalie, vache égérie du salon de l'agriculture 2023, et ses deux veaux
La vache Ovalie ne viendra pas seule au salon de l’agriculture 2023
L’égérie du prochain Salon international de l’agriculture a donné naissance début janvier à des jumelles. Ses éleveurs se…
Publicité