Aller au contenu principal

Les parasites ne s’arrêtent pas aux frontières

© Pierre-Louis Berger

Les parasites des cultures vivent à l'heure de la mondialisation. Malgré les contrôles sanitaires, ils parviennent à traverser les frontières. La mouche Drosophila suzukii, véritable menace pour les producteurs de cerises, en est un vibrant exemple.

 

Drosophila suzukii, cette petite mouche commence sérieusement à faire parler d’elle et on s’en serait bien passé. Découverte au Japon en 1916, avec un nom pareil on s'en doutait, elle aurait pu rester dans son Asie d’origine. Mais non ! On la retrouve aux Etats-Unis où elle passe de la côte ouest à la côte est dans les années 2008-2010. Hélas, le périple n’était pas terminé. En 2009, la petite mouche vole vers l’Europe et est observée en Italie, en Espagne et hypothétiquement  en France, dans la région de Montpellier. En 2010, sa présence est confirmée sur le territoire français où elle devient une menace pour les vergers de cerises. Ce 15 février, la FNSEA* a demandé au ministre de l’Agriculture de réfléchir à toutes les solutions de lutte possibles. Il y a urgence, car la nouvelle campagne débute dans 3 mois. Pour les producteurs, le seul remède envisageable est le traitement au diméthoate, mais l’utilisation de ce produit est interdite en France depuis 2016.

L’enseignement que l’on retient de cette navrante histoire de mouche est qu’une fois rentrées, il est difficile de repousser les petites bestioles. Les exemples de ce type sont nombreux. Il faudrait donc les empêcher d’arriver. Mais pas si facile. En matière de sécurité sanitaire, les contrôles aux frontières existent, mais certains « envahisseurs » arrivent à passer entre les mailles du filet. Profitant de l’activité humaine et de la multiplication des échanges commerciaux, ils entrent clandestinement à la faveur de pots de fleurs, de bois, ou même de semelles de chaussures ou de bagages.

Pour les 87 agents français du Sivep, le Service d’inspection vétérinaire et phytosanitaire aux frontières, il y a donc du pain sur la planche. Les 81 100 contrôles effectués en 2015 sur des produits d’origine animale, des aliments pour animaux d’origine végétale ou des végétaux et produits végétaux, ont conduit à 801 refus d’entrée. Mais pas facile de faire barrage à tous ces organismes vivants qui n’ont même pas peur du gendarme !

Missing élément de média.

* Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles

 

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Le kernza, une céréale pérenne, « modèle et prometteuse » pour diversifier les systèmes
C’est une nouvelle culture qui pourrait diversifier les systèmes. Le kernza est une céréale pérenne. Elle fait l’objet de…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Franck Reynier dit « Non au RIP » sur Facebook : « Nous avons trop subi, on est en train de réagir »
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
Publicité