Aller au contenu principal

Les jeunes ont une opinion bien tranchée sur l’agriculture

Les 18-35 ans ont une image moins positive de l’agriculture que l’ensemble de la population française et attendent qu’elle joue un rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique. Une cible vers laquelle la profession doit communiquer, est-il ressorti d’un débat organisé le 27  septembre par Agridemain.

Jeune et agriculture
Entre « une agriculture majoritairement bio quitte à réduire notre production et devoir importer » et « une agriculture raisonnée qui assure notre indépendance alimentaire et évite de devoir importer », 47% des 18-24 ans déclarent choisir la première option, contre seulement 20% chez les plus de 35 ans, selon un sondage BVA.
© Pixabay

71% des Français ont une très bonne opinion de l’agriculture, selon un sondage BVA online réalisé du 13 au 21 avril 2021 auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 18 ans et plus. Mais pour les moins de 35 ans, cette part tombe à 62%, et même à 56% pour les 18-24 ans. « Cette différence générationnelle nous a interpellé à BVA. On y voit des signes », déclare Florence Gramond, directrice département agriculture du groupe BVA, lors d’un débat organisé le 27 septembre par l’association Agridemain, association regroupant les principales organisations professionnelles agricoles autour d’une vision commune de l’agriculture, à l’occasion de son assemblée générale. 

Même s’ils reconnaissent en grande majorité que les agriculteurs ont joué un rôle essentiel pendant la crise de la Covid, les jeunes ne perçoivent pas les problèmes de rémunération des agriculteurs et ne considèrent pas le secteur comme innovant, poursuit-elle.

Lire aussi : Sondage - Les Français s'intéressent à leur agriculture et en ont une bonne image

Et quand on leur demande quelles sont les innovations le plus bénéfiques à l’environnement et à la biodiversité tout en permettant aux agriculteurs de se rémunérer justement, les 18-24 ans répondent à 52% limiter le gaspillage et les déchets (contre 41% pour l’ensemble de la population française) et à 18% stocker du carbone (contre 9%).  Autre enseignement intéressant du sondage. Entre « une agriculture majoritairement bio quitte à réduire notre production et devoir importer » et « une agriculture raisonnée qui assure notre indépendance alimentaire et évite de devoir importer », 47% des 18-24 ans déclarent choisir la première option, contre seulement 20% chez les plus de 35 ans.

« On perçoit une forme de radicalité, chez les jeunes femmes en particulier »

Cette même tranche d’âge est d’ailleurs plus nombreuse à penser que la surface produite en bio est supérieure en France que dans le reste de l’Europe. « On perçoit une forme de radicalité chez les jeunes, encore plus vraie chez les jeunes femmes », commente Florence Gramond. Une opinion partagée par Frédéric Dabi, directeur général de l’Ifop et auteur de la Fracture. Selon l’enquête menée en 2021 par l’institut de sondage auprès des 18-30 ans, 72% des jeunes se disent engagés pour le climat. « Certains déclarent même qu’ils seraient prêts à mourir pour le climat », lance-t-il. Et selon lui, les responsables du changement climatique sont plutôt du côté des responsables politiques et non des agriculteurs, pour les jeunes. « Il y a peut-être là un terroir fertile pour faire basculer l’agriculture du côté de la jeunesse », estime Frédéric Dabi. Une jeunesse capable d’influencer l’ensemble de l’opinion publique sur des sujets tels que la lutte contre le changement climatique.

Voir notre dossier : Ils expliquent leur métier d’agriculteur sur les réseaux sociaux

Pour mieux toucher cette frange de la population (qui représente 5 millions de personnes pour les 18-24 ans et même 7,9 millions pour les 18-30 ans), un effort de communication est nécessaire, est-il ressorti du débat. Via les reportages et les témoignages sur les réseaux sociaux, particulièrement appréciés par cette génération, souligne Florence Gramond. Mais d’autres solutions sont possibles.

Avec les fermes pédagogiques, vous vous êtes trompés de cible

« Avec les fermes pédagogiques, vous vous êtes peut-être trompés de cible, ça véhicule une agriculture à la Prévert auprès des enfants, vous ne visez pas les adolescents », interpelle la directrice du département agriculture de BVA. « Pourquoi ne pas aller faire le tour des lycées pour expliquer dans les classes de seconde la réalité du métier », propose-t-elle. Autre solution : instaurer un dialogue avec les jeunes à travers la cuisine et le goût. Mathieu Laffay, directeur d’Eurotoques, explique par exemple le projet d’instaurer une démarche spécifique pour attirer les jeunes aux métiers de bouche en créant Eurotoques-jeunes.

Revoir l’ensemble du débat :

 

Les plus lus

Jeune et agriculture
Les jeunes ont une opinion bien tranchée sur l’agriculture
Les 18-35 ans ont une image moins positive de l’agriculture que l’ensemble de la population française et attendent qu’elle joue…
Sanglier ville capture écran reportage TV
Quand les sangliers arrivent en ville, Christiane Lambert pointe « la protection des espèces »
A Rome, les sangliers se promènent dans les rues la nuit et se nourrissent des détritus des poubelles. Un phénomène lié à une « …
Xavier Niel nomme un « Paysan-directeur » à la tête de la ferme d’Hectar
Christophe Naudin, 39 ans, devra gérer la ferme pilote de 250 hectares en polyculture de céréales et élevage bovin en « …
100 euros
L’indemnité inflation de 100 euros pour les agriculteurs en cinq questions-réponses
Qui va bénéficier de l’indemnité inflation de 100 euros annoncée par le gouvernement ? Comment ? Quand et par qui sera-t-elle…
L’Aspa : une allocation pour ceux qui disposent de peu de ressources pour leur retraite
L’Aspa, l’Allocation de solidarité aux personnes âgées est prévue pour permettre aux personnes disposant d’une faible retraite de…
Assemblée nationale
[Mise à jour] Egalim 2 définitivement adoptée : quels changements pour les agriculteurs ?
La loi Egalim 2 est définitivement adoptée après l'ultime vote du Sénat jeudi 14 octobre au soir. Retour sur ses principales…
Publicité