Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Les innovations que l'on développe doivent être acceptées par la société

Innovations technologique, agronomique, numérique... Entre les préoccupations des citoyens et la recherche de viabilité des exploitations, où placer le curseur de l'innovation en agriculture ?  L'avis du Cese, conseil économique, social et environnemental.

Le Cese, conseil économique, social et environnemental, a adopté un avis sur l’innovation en agriculture le 8 janvier, dont le message est que l’innovation en agriculture doit être davantage partagée par la société. « Pour beaucoup de nos concitoyens, la ferme, c’est un mouton, trois cochons, deux vaches et cinq poules », a expliqué une des deux rapporteuses, Anne-Clair Vial, présidente de la chambre d’agriculture de la Drôme et de l’institut technique Arvalis. Il faut donc orienter l’innovation en agriculture vers l’intérêt général, tant par l’emploi que par la capture du CO2, par la co-construction de l’innovation avec les citoyens. De la même façon que les constructeurs automobiles et aéronautiques consultent des usagers pour la conception de leurs futurs modèles, les milieux agricoles doivent concevoir l’innovation avec les citoyens et non pour des intérêts privés contraires à l’intérêt général, estime-t-elle. En outre, l’innovation n’est pas limitée à des problèmes techniques, indique l'avis. Tout comme la médecine d’aujourd’hui ne se borne plus à administrer un médicament pour telle ou telle affection et propose une hygiène de vie (manger moins salé, faire du vélo, manger de façon variée), l’innovation en agriculture doit être systémique, c’est-à-dire inclure de la prévention (laisser pousser des haies entre les parcelles, de l’herbe entre les rangs des cultures) pour éviter le tout phytos. « L’innovation doit être l’affaire de tous », a résumé le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume à l'hémicycle du Cese.

Voir aussi dans La Croix : « En agriculture, l’innovation ne peut se réduire au progrès technique ».

 

Les plus lus

[Néo-ruraux] Aménagement routier : les engins agricoles ne passent plus
Les moissonneuses-batteuses, les ensileuses ou les tracteurs avec combiné de semis ne peuvent plus circuler dans ce village,…
Les agriculteurs ont besoin de bras pour continuer à nourrir la population
La filière agricole se mobilise pour subvenir aux besoins alimentaires de la population. Mais la crise du Covid-19 entraîne une…
[Coronavirus] Et si la crise sanitaire changeait le regard des Français sur le monde paysan
Les Français se ruent dans les commerces alimentaires. La peur de manquer leur rappelle que le premier maillon de la chaîne de…
député européen parlement jérémy decerle agriculteur agriculture politique
[Tribune] Jérémy Decerle : "Ah, tiens, l’agriculture est un secteur stratégique"
Avec la crise du coronavirus, la place de l'agriculture et de l'agroalimentaire redevient centrale. Jérémy Decerle, député…
Coronavirus : quelles conséquences et quelles pertes pour l'agriculture et l'agroalimentaire ?
L’économie mondiale vit à l’heure du coronavirus et le marché des matières premières agricoles est dans la turbulence. Les…
Le ministre de l’Agriculture appelle ceux qui n’ont plus d’activité à rejoindre les rangs de l’agriculture
C’est un appel que lance le ministre de l’Agriculture ce 24 mars. En raison de la crise du coronavirus, l'agriculture manque de…
Publicité