Aller au contenu principal

Elevage bovin
Les éleveurs croates acheteurs de génisses salers françaises

La filière bovine de la race salers se félicite d’un regain d’intérêt des Croates pour les génisses salers. Un marché à l’export complémentaire pour les éleveurs.

En Croatie, où le loup et l’ours sont présents, la vache salers est appréciée pour son instinct maternel et ses cornes.
© Arnaud Fraioli / flickr

« La salers poursuit son développement en Croatie » ou plus exactement, alors qu’il avait été « assez discret ces dernières années, le marché d’animaux d’élevage de race salers reprend avec les éleveurs croates ». C’est L’Union du Cantal qui le dit en estimant que ce « débouché intéressant pour des génisses salers » représente un marché complémentaire pour les éleveurs.

Le journal a interrogé Lionel Duffayet, président du Groupe salers évolution, pour dresser un tableau de ces exports d’animaux vers l’Est.

Exports et naissances, un bon millier de têtes de salers origine France en Croatie

Une première exportation vers la Croatie a eu lieu en 2009. Ensuite « le commerce a repris en 2014 avec 200 animaux vendus en deux départs, puis de plus petites quantités jusqu’à cette année, avec 160 génisses parties au printemps, » détaille le spécialiste. « Avec nos exports et les naissances, le pays compte déjà un bon millier de têtes », précise-t-il.

Et « pourquoi choisissent-ils la salers ? », interroge le journaliste Renaud Saint-André.

« Plusieurs races y ont été introduites, mais la salers a la particularité d’être très maternelle. Important dans ces pays qui doivent compter avec la présence de loups et d’ours », répond Lionel Duffayet.

Pour l’heure, toutes les bêtes vendues sont parties mais le président du groupe salers a « espoir d’une nouvelle commande de génisses à l’automne ». « C’est en pourparlers », confie-t-il.

 

Et le Groupe salers évolution ambitionne de poursuivre vers l'est avec un développement des exports de génisses françaises en Bosnie, Macédoine et Monténégro.

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
RIP pour les animaux : la contre-offensive s’organise
Face au RIP pour les animaux, le monde rural a décidé de réagir. Un groupe a été créé sur Facebook et une pétition contre le…
Publicité