Aller au contenu principal

Les déserts vétérinaires s’étendent dans les zones rurales – Exemple en Moselle

La pénurie de vétérinaires ruraux est une réalité dans les campagnes. Un métier difficile, des éleveurs qui ne font pas assez appel à eux faute, bien souvent, de ne pas gagner correctement leur vie. La situation est compliquée et l’Ordre national des vétérinaires a alerté le ministre de l’Agriculture sur ce sujet.

Dans de nombreuses zones rurales, la pénurie de vétérinaires se fait sentir. Le sujet a été porté à l’écran à l’écran par la réalisatrice Julie Manoukian dans le film « Les vétos », interprété par Clovis Cornillac et Noémie Schmidt. Une belle histoire qui se termine bien. Mais la réalité est souvent différente. « En 5 ans, le nombre de vétérinaires qui soigne les animaux de production a chuté de 20 %, » affirme Marie Valentin dans un reportage de France 3 Grand Est.  A Yutz, en Moselle, le cabinet vétérinaire a annoncé récemment l’arrêt des tournées dans les fermes. Laurent Welter, éleveur de vaches laitières à Vostroff, fait partie de la centaine d’éleveurs qui ont appris la nouvelle début août. Les tournées ont cessé début septembre. Un mois pour se retourner. Trop court. Les agriculteurs sont en colère et sont allés protester devant le cabinet de la ville. C’est ce que la chaîne de télévision régionale.

100 éleveurs en colère devant le cabinet vétérinaire de Yutz

Si les professionnels avaient été prévenus plus tôt, « les autres cliniques auraient pu anticiper et embaucher de nouveaux vétérinaires, » témoigne l’éleveur. La clinique qui a cessé ces déplacements assure qu’elle a recherché du personnel pour faire les tournées rurales pendant plus de 6 mois. Sans succès. « C’est une activité qui n’est pas facile, très physique et contraignante au niveau des horaires, » reconnaît Renaud Dupuis, vétérinaire associé du cabinet.

L’Ordre national des vétérinaires a fait parvenir fin août une lettre au ministre de l’Agriculture pour l’alerter sur cette pénurie de vétérinaires ruraux, apprend-on encore dans le reportage. Les professionnels demandent à Julien Denormandie de déclarer les zones éligibles aux aides pour faire face au désert vétérinaire.

Le président départemental du Groupement de défense sanitaire pense pour sa part qu’une autre solution est envisageable : augmenter le salaire des éleveurs. « Si l’éleveur gagne bien sa vie, il hésitera moins à appeler le vétérinaire, » assure Gilles Canteneur. « Et si le vétérinaire intervient plus souvent en rural, il aura une rémunération supérieure. »

Lire aussi « La relève n’est pas assurée chez les vétérinaires ruraux »

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Andréa Catherine : « Je veux montrer qu’une agricultrice sait faire autant qu’un homme »
A 23 ans, Andréa Catherine ne doute plus : elle sera agricultrice. Actuellement salariée dans une exploitation, elle a prévu de…
Publicité