Aller au contenu principal

Bulletin du BRGM
A l’entrée de l’hiver, les niveaux des nappes phréatiques devraient être inférieurs à ceux de l’année dernière

Grâce aux limitations, les niveaux des nappes d’eau souterraine ont subi une baisse moins rapide qu'en juillet. La situation reste cependant insatisfaisante, avec des niveaux inférieurs à l’année passée et des prévisions peu optimistes selon le dernier bulletin du BRGM.

© BRGM

Comme les pluies estivales n’ont eu qu’un impact très limité sur les eaux souterraines, les niveaux de nappes d'eau souterraine ont globalement été en baisse en août, selon le dernier bulletin du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM). Toutefois, la baisse a été moins rapide qu'en juillet grâce à la limitation des prélèvements. L’état de remplissage des nappes demeure peu satisfaisant sur la plupart d’entre elles, voire inquiétant avec des niveaux bas à très bas observés sur près de la moitié du territoire. La situation est particulièrement préoccupante au sud-est, dans le Bas-Dauphiné, en Provence et sur la Côte-d’Azur. Les nappes des calcaires karstiques du Vaucluse et du centre Var sont en phase de tarissement, laissant présager un étiage très marqué.

Tout dépendra de l’efficacité des pluies

Les tendances des nappes devraient rester orientées vers la baisse jusqu’à la période d’étiage (basses eaux), qui s’observe habituellement entre mi-octobre et novembre. La situation devrait se maintenir courant septembre ou se dégrader plus ou moins rapidement selon la demande en eau et la sensibilité des nappes à la sécheresse. A moyen terme, la vidange devrait se poursuivre jusqu’à la mise en dormance de la végétation et la survenance de pluies conséquentes. Les tendances et l’évolution des situations dépendront essentiellement des pluies efficaces locales, des demandes en eau et de l’inertie/réactivité de la nappe.

Lire aussi : tous nos articles sur la sécheresse

Situation préoccupante pour plusieurs zones

Concernant les nappes inertielles, les niveaux ne devraient pas remonter avant mi-octobre à novembre et aucune amélioration n’est attendue avant le milieu de l’automne. La situation pourrait être préoccupante, avec un étiage sévère, sur les nappes inertielles du couloir Rhône-Saône et sur les nappes du sud (Touraine et sud Beauce) et du nord-est (Champagne) du Bassin parisien. Concernant les nappes réactives, un étiage particulièrement sévère est attendu sur de nombreux secteurs, à l’exception de celles du sud-ouest. En cas de pluies insuffisantes, de nombreuses nappes réactives pourraient atteindre des seuils bas à très bas d’ici septembre-octobre.

Continuer à limiter les prélèvements d’eau

Pour les prochaines semaines, en absence de pluies efficaces suffisantes, l’unique solution pour préserver l’état des nappes et maintenir la continuité entre eaux souterraines et eaux superficielles est de limiter les prélèvements en eau, indique le BRGM. Toutefois, compte tenu de le situation actuelle, les niveaux des nappes à l’entrée d’hiver 2022-2023 seront nettement inférieurs à ceux de l’année dernière avec une majorité de nappes avec des niveaux bas à très bas, prévient le bureau. Durant l’automne, l’hiver et le début du printemps, la situation devra être surveillée pour l’ensemble des nappes du territoire et plus particulièrement pour les nappes ayant enregistré un étiage sévère. La reconstitution des réserves en eau souterraine et l’atteinte de niveaux normaux en sortie d’hiver 2023 ne sera possible que si la recharge est abondante pendant l’automne et l’hiver. A noter que les pluies printanières permettront également de repousser le début de la période de vidange des nappes les plus réactives.

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey
Comment McKinsey compte influencer l’évolution de l’agriculture française
Le cabinet de consultants McKinsey a mis en place un simulateur d'agriculture régénératrice hébergé sur le campus Hectar, créé…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Eleveur laitier proche de la retraite
La retraite des agriculteurs basée sur les 25 meilleures années à partir de 2026
L’Assemblée nationale a voté ce 1er décembre à l’unanimité un texte permettant de calculer la retraite de base des…
Publicité