Aller au contenu principal

Le Sri Lanka renonce à rendre son agriculture 100% biologique

Après les inondations du printemps et en pleine crise économique, les dirigeants du Sri Lanka renoncent à faire de leur pays le premier producteur mondial d'aliments 100 % biologiques. Le 20 novembre 2021, ils ont annoncé revenir sur l’interdiction d'importer des intrants agricoles : pesticides et engrais.

Plantation de thé au Sri-Lanka. Pour le thé, principal produit d'exportation du pays, les restrictions sur les importations d'engrais ont été levées en octobre.
© Alan Dow / ILO Asia-Pacific / flickr

Le Sri Lanka voulait le premier producteur mondial d'aliments 100 % biologiques. Pour parvenir à une agriculture biologique dans tout le pays, le président Gotabaya Rajapaksa avait décidé l'interdiction d'importation des importations d'intrants agricoles. Pourtant, le 20 novembre, l'Etat insulaire a annoncé la levée immédiate de cette 'interdiction concernant les pesticides et fertilisants. Le pays a cédé à la pression avant des manifestations d'agriculteurs prévues dans la capitale à Colombo. « Nous autoriserons désormais les intrants chimiques dont le besoin est urgent », a déclaré le secrétaire d’Etat Udith Jayasinghe à la chaîne de télévision privée News First.

Selon l’organe de presse sri-lankais News 1st, « un plan d'urgence et un plan à moyen terme ont été soumis au président pour fournir des engrais et des pesticides aux agriculteurs dont les cultures ont été affectées par les fortes pluies ». Le secrétaire d’Etat aurait en effet estimé que « les inondations l'ont emporté » et il est désormais « nécessaire de rendre le sol fertile pour la culture ». La décision a été prise « compte tenu de la nécessité d'assurer la sécurité alimentaire », a expliqué le représentant du gouvernement.

Le thé et le maïs ont besoin d'intrants importés

L'île de l'Océan indien connaît actuellement une crise économique sévère. Elle est victime d'une sévère chute de ses réserves de devises entraînant des pénuries de vivres, de pétrole brut et d'autres produits essentiels. Le mois dernier, les autorités avaient déjà levé les restrictions sur les importations d'engrais pour le thé, principal produit d'exportation du pays. De vastes étendues de terres agricoles ont été abandonnées après l'interdiction d'importation, mise en place pour la première fois en mai 2021.

L’article en ligne précise que dans le district d'Anuradhapura, « le gouvernement a pris des mesures pour fournir de l'urée pour la culture du maïs ». Cependant « les agriculteurs disent que le gouvernement a imposé un prix exorbitant ». (traduction DeepL)

 

 

Les plus lus

Une pétition lancée pour demander la dissolution de l’association L214
Agacés par les actions menées par l'ONG animaliste, des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour demander…
Plein de gazole non routier
Flambée du GNR : les entreprises de travaux agricoles demandent le remboursement anticipé de la TICPE
La fédération nationale des entrepreneurs des territoires demande le remboursement partiel anticipé de la TICPE sur le gazole non…
vaches limousines avec colliers Nofence sous les pommiers.
« Nous testons les clôtures virtuelles pour faire du pâturage tournant »
Soutenus par le conseil régional et la chambre régionale d’agriculture d’Ile-de-France, Florentin Genty et son frère Germain du…
Pacifica et Groupama annoncent une augmentation de l’assurance récolte de 10 à 25 % en 2022
Chez Pacifica et Groupama, une hausse des primes de l’assurance multirisque climatiques est prévue en 2022. Pour ces Pacifica,…
Le Crédit agricole lance un fonds d’investissement d’1 milliard d’euros pour les filières agricoles
Dans le cadre de la présentation, le 1er décembre, de son «projet sociétal», dont les « transitions agricoles et…
Le PDG d’Ecomiam ne veut pas céder aux « attaques » de l’association L214
Le 8 novembre, l’entreprise Ecomiam dit avoir été « attaquée » par l’association L214. Coups de téléphone, mails, messages…
Publicité