Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Le prestige de monter à la capitale

A la Belle Epoque, les chevaux faisaient partie du décor des rues de Paris. Aujourd'hui, vaches, chèvres et brebis ne passent pas inaperçues dans la capitale.

Des vaches dans le jardin du Luxembourg, un troupeau de brebis dans le parc des Buttes-Chaumont. Le week-end dernier, sous un soleil printanier, certains coins de Paris avaient des allures de Festival des ruminants. Un spectacle étonnant pour les citadins et tout aussi inhabituel pour les animaux. Car « monter à la capitale » n’est pas à la portée de n’importe quelle bête. Il faut être sélectionnée. Fêter les 30 ans de Blason Prestige dans le jardin des sénateurs, par exemple, n’est réservé qu'aux championnes de la race Limousine. Pour un animal, gagner une place au Salon de l'agriculture est l'aboutissement d'un long parcours. La compétition est rude et « il faut être au top le jour J ».

Lire aussi  l'histoire d' Harmonica et de Malise.