Aller au contenu principal

Le phosphate marocain participe au grand élan agricole du Nigéria

© Banque mondiale

Le groupe marocain OCP, Office chérifien des phosphates, a conclu un accord avec l’industriel nigérian Dangote. La signature officielle a eu lieu le 2 décembre 2016, en présence des deux chefs d’Etat. L’accord porte sur la construction d’une plate-forme de production d’engrais au Nigéria. Il s’agit d’une mise en commun d’unités de production complémentaires, phosphate marocain et gaz nigérian. L’investissement d’un montant de 2,5 milliards de dollars US vise à répondre à la forte demande d’engrais au Nigéria et dans les pays voisins. OCP entend ainsi mettre à disposition des engrais adaptés sur le marché local nigérian tout en mettant en œuvre parallèlement des mesures d’accompagnement des agriculteurs africains.

Le groupe marocain s’est pour cela allié à la Fédération des producteurs et distributeurs d’engrais du Nigéria (Fepsan). Pour le Nigéria, l’enjeu est de taille. Le pays actuellement le plus peuplé d’Afrique avec une population estimée à près de 186 millions d’habitants en 2016 connaît une croissance considérable. L’ONU (Organisation des Nations Unies) prévoit que le nombre d’habitants au Nigéria pourrait atteindre 400 millions en 2050. Il passerait ainsi à la troisième place au niveau mondial, derrière l’Inde et la Chine, mais devant les Etats-Unis ou le Brésil. Dans une interview publiée dans Africa Progress Panel, l’ancien président du Nigéria Olusegun Obasanjo voit dans l’agriculture le « nouveau pétrole » du Nigéria. Le plus important producteur africain de ce précieux or noir mise désormais aussi sur « l’or vert ». « Je suis fier que le Nigéria soit en train de devenir un leader de la transformation agricole en Afrique grâce à l’Agenda de transformation agricole (ATA), un ensemble de réformes courageuses adoptées en 2011. » Ce Growth enhancement support scheme, programme de soutien à l’augmentation de la croissance, vise notamment à améliorer l’accès aux engrais et aux semences. « La croissance agricole peut changer la donne, assure l’ancien président, car elle permet de réduire la pauvreté deux fois plus vite que l’essor d’autres secteurs ».

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Le kernza, une céréale pérenne, « modèle et prometteuse » pour diversifier les systèmes
C’est une nouvelle culture qui pourrait diversifier les systèmes. Le kernza est une céréale pérenne. Elle fait l’objet de…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Franck Reynier dit « Non au RIP » sur Facebook : « Nous avons trop subi, on est en train de réagir »
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
Publicité