Aller au contenu principal

Le PDG d’Ecomiam ne veut pas céder aux attaques de l’association L214

Le 8 novembre, l’entreprise Ecomiam a été « attaquée » par l’association L214. Coups de téléphone, mails, messages publiés sur les réseaux sociaux… L’association animaliste a mis la pression pour reprocher à l’enseigne de produits surgelés français, au travers des pratiques de leurs fournisseurs, de ne pas être respectueux des engagements en matière de bien être animal. Daniel Sauvaget, PDG de l’enseigne bretonne, a répondu sur Linkedin et YouTube : pas question de « céder » . Il s’en explique dans une vidéo de 2 minutes 41.

[Mise à jour le 16 novembre avec la pétition contre L214]

Lundi 8 novembre, la société Ecomiam a été victime d’une attaque de l’association L214. Par la voie de 350 à 400 appels téléphoniques, de messages envoyés sur les boîtes mail et de messages publiés sur les réseaux sociaux, l’association de défense des animaux reproche à l’entreprise de surgelés bretonne de ne pas respecter les engagements concernant le bien-être animal qui devraient faire partie des pratiques de ses fournisseurs.

Dans un message posté sur Linkedin et YouTube, Daniel Sauvaget, PDG d’Ecomiam, a répondu aux adhérents de l’association. « Nous ne céderons pas à L214 » a-t-il affirmé en expliquant calmement pourquoi.

Un combat pour la rémunération des agriculteurs

« Notre combat est tout autre » assure le PDG de l’entreprise attaquée. « On se bat depuis le début pour que l’on respecte la rémunération des agriculteurs ». Les magasins de l’enseigne affichent la marge, les prix pratiqués à l’achat. « Nous sommes les seuls à le faire » remarque le manager qui assure s’engager « pour que les agriculteurs aient de la visibilité et plus de moyens pour bien travailler ». Une démarche à la taille de l’enseigne, c’est-à-dire « encore modeste », mais qui a pour lui « une dimension éthique beaucoup plus forte que des allégations que l’on met sur des sites ».

Inscrire sur son site les allégations demandées par les associations animalistes c'est se donner « bonne conscience, pour pas cher »

Les engagements demandés par L214 « favorisent l’avènement à l’échelon européen d’exigences de cahier des charges en matière d’élevage, » explique Daniel Sauvaget. Il estime pour sa part que c’est une manière de se donner « bonne conscience » qui permet de « faire de la pub à la fois pour L214 et pour les enseignes ». Selon lui, cela n’empêche pas ces enseignes « d’avoir des pratiques d’achat parfois rudes, au détriment des éleveurs ». Il constate aussi qu'elles « importent beaucoup de produits dont on ne connaît pas les conditions réelles pratiquées ». Lui veut restaurer « des pratiques plus saines, plus loyales, entre le monde de la production et le monde de la consommation ». Et de conclure par une réponse aux revendications de l’association animaliste : « je pense que c’est le type d’actions qui, au final, favorisera l’émergence ou la confirmation de pratiques qui soient respectueuses des animaux en élevage ».

 

 

 

 

Les plus lus

Une pétition lancée pour demander la dissolution de l’association L214
Agacés par les actions menées par l'ONG animaliste, des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour demander…
Plein de gazole non routier
Flambée du GNR : les entreprises de travaux agricoles demandent le remboursement anticipé de la TICPE
La fédération nationale des entrepreneurs des territoires demande le remboursement partiel anticipé de la TICPE sur le gazole non…
Et si une agriculture intensive préservait mieux l’environnement ?
Une étude que vient de publier l’université de Cambridge arrive à une conclusion à laquelle on ne s’attendait pas vraiment : une…
vaches limousines avec colliers Nofence sous les pommiers.
« Nous testons les clôtures virtuelles pour faire du pâturage tournant »
Soutenus par le conseil régional et la chambre régionale d’agriculture d’Ile-de-France, Florentin Genty et son frère Germain du…
Pacifica et Groupama annoncent une augmentation de l’assurance récolte de 10 à 25 % en 2022
Chez Pacifica et Groupama, une hausse des primes de l’assurance multirisque climatiques est prévue en 2022. Pour ces Pacifica,…
Agenda
Ce qui change pour l’agriculture au 1er novembre 2021
Revalorisation des retraites pour les exploitants agricoles, mise en place du crédit d’impôt Glyphosate, mise en œuvre effective…
Publicité