Aller au contenu principal

Le ministre de l’Agriculture allemand veut mettre un terme à l’élevage intensif

Cem Özdemir, le tout nouveau ministre allemand de l’Alimentation et de l’Agriculture, multiplie les déclarations stigmatisant l’élevage industriel et les denrées alimentaires vendues à bas prix.

elevage intensif allemand
Le nouveau ministre allemand de l'Agriculture veut mettre un terme à l'élevage intensif.
© Christophe Reibel (archives)

L’ancien chef de file des Verts a été nommé au poste de ministre de l’Alimentation et de l’Agriculture le 8 décembre dernier et a été bien accueilli par l’ensemble des agriculteurs alors qu’il est végétarien et prône une agriculture durable. « Ceux qui qui veulent continuer à manger de la viande peuvent le faire.  Ceux qui produisent de la viande peuvent également continuer, mais en respectant le bien-être animal, la protection du climat, et pas au détriment de notre environnement » a-t-il déclaré au journal Stuttgarter Zeitung avant sa nomination. Le ministre se qualifie de « protecteur suprême des animaux de ce pays » et entend bien éradiquer l’élevage intensif du paysage agricole outre-Rhin car pour lui, cette pratique est « un mode de production qui ruine les agriculteurs, augmente la cruauté envers les animaux et nuit au climat », comme il l’a déclaré au quotidien allemand Bild, des propos repris dans un article de Sciences et Avenir du 10 janvier dernier. Cem Özdemir souhaite que les conditions d’élevage soient optimales en réduisant les cheptels et voudrait mettre en place un label national garantissant le bien-être animal. Le ministre de l’Agriculture dénonce par ailleurs les prix « dérisoires » ou « cassés » affichés en rayon, des prix tirés vers la bas par les quatre grandes enseignes du pays (Lidl, Aldi, Edeka et Rewe).

Plus de surfaces bio

Cem Özdemir déplore que les exploitants ne soient pas rémunérés à leur juste valeur et réfléchit à une interdiction des ventes à perte. Pour lui, une augmentation des prix va être nécessaire car le prix d’un produit doit tenir compte de sa qualité écologique.

Ninon Renaud écrit  dans son article paru dans Les Echos le 18 janvier dernier que le ministre de l’Agriculture « estime avoir le soutien de l’opinion publique : selon une étude de Greenpeace, 87 % des personnes interrogées seraient favorables au label du bien-être animal et 85 % seraient prêtes à payer plus cher pour des produits plus qualitatifs ». « La majorité attend un changement, nous allons le concrétiser » affirme Cem Özdemir qui est en plein accord avec la nouvelle venue au ministère de l’Environnement, Steffi Lemke, elle aussi issue des Verts. Cette dernière veut « initier une nouveau départ pour l’agriculture ». Tous deux estiment que les aides versées aux agriculteurs ne devraient pas dépendre de la taille des exploitations, mais devraient revenir à celles qui sont les plus respectueuses de l’environnement. Cem Özdemir martèle dans les médias allemands que l’objectif de la coalition au pouvoir est d’atteindre 30 % des surfaces agricoles consacrées au bio d’ici 2030, contre 10 % aujourd’hui.

Les plus lus

Moisson de nuit dans l'Indre
Les agriculteurs travaillent 20 heures de plus par semaine que les autres professions

Sans surprise, une enquête de l’Insee montre que la profession agricole est celle qui effectue le plus d’heures de travail par…

Vaches laitières près d'un parc éolien
Quel impact des champs électromagnétiques sur les élevages ? Une enquête inédite publiée

Objet de débats passionnés depuis plusieurs dizaines d’années, la question de l’impact sur les activités d’élevage des…

Paysage agricole
Quel prix des terres agricoles en 2023 ?

Après deux années de progression, le marché foncier agricole s’est stabilisé en 2023 avec des surfaces en baisse mais une…

  Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, devant son troupeau de montbéliardes.
Confidences d’Arnaud Gaillot au terme d’un mandat intense à la tête des Jeunes agriculteurs

Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, a accepté de nous recevoir plus de deux heures sur son exploitation…

Marc Fesneau prend la parole aux Controverses de l'agriculture en 2023.
Les quatre axes du nouveau plan Ecophyto

Dans une interview, le ministre de l'Agriculture a détaillé les mesures du futur plan Écophyto : indicateur HRI1, 150 millions…

Table de la réunion à l'Elysée jeudi 2 mai 2024 avec Emmanuel Macron, des ministres et la profession agricole, syndicats, coopération, chambres d'agriculture
Que faut-il retenir de la rencontre entre Emmanuel Macron et la profession agricole ?

Le président de la République a reçu la profession agricole (syndicats, coopération et chambres d'agriculture) jeudi 2 mai à l…

Publicité