Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le lapin, ça change du poulet !

© DR

La nouvelle est passée inaperçue car les mauvais exemples en élevage font beaucoup de bruit dans les médias et ne laissent guère de place aux infos moins choquantes mais plus représentatives. Le Parlement européen s’est pourtant penché cette semaine sur le cas du lapin, animal d’élevage, il est vrai, beaucoup plus discret que le porc. Le 14 mars, l’instance européenne a fait un pas vers la suppression des cages en batterie pour les remplacer par des solutions alternatives. Selon Agra, il s’agit d’une « résolution non contraignante » appelant la Commission européenne à présenter une « proposition législative de normes minimales pour la protection des lapins d’élevage ». Mais on a quand même bien l’impression que les cages à lapins sont dans le collimateur de Bruxelles.

Et tandis que la production se modernise, le lapin est en train d’opérer aussi un lifting marketing en grande distribution. Le message adressé au consommateur est simple. Si vous en avez marre de l’escalope de dinde ou de la cuisse de poulet, mangez du lapin. Car contrairement aux idées reçues, le lapin peut aussi être cuisiné rapidement. Il suffit de trouver les morceaux à poêler, à griller, ou même à cuisiner en papillote. Encore faut-il les voir. C’est ce que rapporte Virginie Pinson dans les Marchés hebdo de mars (n°352).

L’article s’appuie sur une étude menée en 2016 par le cabinet Segments et FranceAgriMer. Selon cette enquête, 78 % des acheteurs de lapin en grande surface considèrent cette viande comme un produit « à mijoter, à cuire doucement ». Le Clipp, joli sigle pour décliner le Comité lapin interprofessionnel pour la promotion des produits, a donc décidé de réagir. En grande surface, le lapin est un achat d’impulsion, mais la récente étude montre que la moitié des acheteurs de volaille ne le voient pas. Le lapin, souvent entre le canard et le poulet entier, va donc changer de place dans le rayon pour aller se caler entre les barquettes de découpes de dinde et de volaille. Bien en vue au milieu des viandes blanches faciles à cuisiner, lapin cuisson rapide espère bien faire un bond dans le caddie des consommateurs impulsifs.

Les plus lus

jean baptiste moreau agriculture député LREM agriculture macron
Jean-Baptiste Moreau, député : "Le localisme ne sauvera pas l’agriculture française"
Dans une tribune publiée sur le site du journal L’Opinion, le député accuse la grande distribution de ne pas avoir joué le jeu…
[Coronavirus] Le Space n’aura pas lieu en 2020 – Le salon des productions animales annulé en raison de la crise
C’est un coup dur pour les organisateurs du salon et l’ensemble de la profession agricole : le Space, Salon international des…
Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
Une molécule dérivée de la sciure de bois devient intermédiaire chimique pour la production d’antiviraux
De la sciure de bois aux antiviraux, il y a une succession de procédés chimiques. Une molécule d’origine australienne transformée…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
Publicité