Aller au contenu principal

[Anti-spécistes] Le gouvernement australien ne subventionne plus les associations animalistes extrémistes

En Australie, le gouvernement déclare la guerre aux militants radicaux des droits des animaux. Une nouvelle réglementation en vigueur depuis décembre 2020 fait perdre à ces organisations leurs avantages fiscaux si leurs militants se rendent coupables d’intrusion sur les exploitations ou encore de harcèlement, d’intimidation ou d’espionnage à l’encontre des familles d'agriculteurs.

© Matthew Paul Argall / flickr

Le Gouvernement australien a instauré fin 2020 de nouvelles règles pour supprimer les avantages fiscaux des associations animalistes radicales. L’information a été révélée le 24 décembre par le journal allemand TopAgrar. Si elles se rendent coupables d’effractions dans des exploitations agricoles, ou d’actes malveillants vis-à-vis des familles d’agriculteurs, ces associations ne pourront plus prétendre aux exonérations d’impôt dont bénéficient les associations à but non lucratif.

Renforcement des mesures

Dans un communiqué du 13 décembre, le Gouvernement australien indique que David Littleproud, ministre australien de l'agriculture et chef adjoint du Parti national salue le « renforcement des mesures visant à retirer le statut d'organisation caritative aux organisations militantes extrémistes qui harcèlent, intimident et espionnent illégalement les familles d'agriculteurs ».

Des comportements tels que l’intrusion, les dommages malveillants, le vandalisme ou la menace de violence… sont désormais pris en compte par ces nouvelles mesures. L’objectif de ce dispositif réglementaire est de compromettre la collecte de fonds de ces associations. Il vise aussi les organisations qui utilisent leurs ressources pour la promotion et l’aide d’autres structures à commettre ces exactions.

« Je sais que ces changements seront largement accueillis et soutenus par les agriculteurs qui vivent avec la menace très réelle, la nuit, d'être attaqués et de voir leurs biens détruits et vandalisés, sans parler des graves risques pour la biosécurité et le bien-être des animaux que ces extrémistes aveugles entraînent avec eux », a déclaré David Littleproud le 13 décembre.

Lire aussi « Vidéos intrusion en élevages : l'Assemblée refuse de retirer l'avantage fiscal aux associations ».

Lire aussi « [Juridique] Intrusion dans une parcelle agricole : s’interposer n’est pas la bonne réaction ».

(Aide à la traduction : DeepL)

 

Les plus lus

[Agribashing] Un clip de l'éleveur Bruno Cardot pour défendre l'agriculture
Bruno Cardot, agriculteur dans l’Aisne a mis en ligne fin décembre une parodie de la chanson de Manau : La tribu de Dana. Une…
Déneigement des routes par les agriculteurs : 10 points clés pour se lancer en toute sécurité
Pour un agriculteur, déneiger les routes ne s’improvise pas. Il faut avoir signé une convention avec la collectivité. Le…
[VIDEO] Reussir Agra : nos vœux pour l'Agriculture et l'Alimentation française en 2021

C'est en équipe que nous avançons...

 

C'est en équipe que nous répondons présents chaque année pour…

Des S en 2021 : pourquoi des noms d’animaux à la lettre de l’année ?
Le système instaurant une lettre différente tous les ans pour le choix du nom des animaux est ancien. Il date de 1926 et a été…
Coup d’envoi de la saison 16 : « L’Amour est dans le pré » de retour le 1er février 2021
L'Amour est dans le pré, l’émission de M6 animée par Karine Le Marchand, revient avec sa saison 16. Douze candidats agriculteurs…
[Anti-spécistes] Le gouvernement australien ne subventionne plus les associations animalistes extrémistes
En Australie, le gouvernement déclare la guerre aux militants radicaux des droits des animaux. Une nouvelle réglementation en…
Publicité