Aller au contenu principal

[Anti-spécistes] Le gouvernement australien ne subventionne plus les associations animalistes extrémistes

En Australie, le gouvernement déclare la guerre aux militants radicaux des droits des animaux. Une nouvelle réglementation en vigueur depuis décembre 2020 fait perdre à ces organisations leurs avantages fiscaux si leurs militants se rendent coupables d’intrusion sur les exploitations ou encore de harcèlement, d’intimidation ou d’espionnage à l’encontre des familles d'agriculteurs.

© Matthew Paul Argall / flickr

Le Gouvernement australien a instauré fin 2020 de nouvelles règles pour supprimer les avantages fiscaux des associations animalistes radicales. L’information a été révélée le 24 décembre par le journal allemand TopAgrar. Si elles se rendent coupables d’effractions dans des exploitations agricoles, ou d’actes malveillants vis-à-vis des familles d’agriculteurs, ces associations ne pourront plus prétendre aux exonérations d’impôt dont bénéficient les associations à but non lucratif.

Renforcement des mesures

Dans un communiqué du 13 décembre, le Gouvernement australien indique que David Littleproud, ministre australien de l'agriculture et chef adjoint du Parti national salue le « renforcement des mesures visant à retirer le statut d'organisation caritative aux organisations militantes extrémistes qui harcèlent, intimident et espionnent illégalement les familles d'agriculteurs ».

Des comportements tels que l’intrusion, les dommages malveillants, le vandalisme ou la menace de violence… sont désormais pris en compte par ces nouvelles mesures. L’objectif de ce dispositif réglementaire est de compromettre la collecte de fonds de ces associations. Il vise aussi les organisations qui utilisent leurs ressources pour la promotion et l’aide d’autres structures à commettre ces exactions.

« Je sais que ces changements seront largement accueillis et soutenus par les agriculteurs qui vivent avec la menace très réelle, la nuit, d'être attaqués et de voir leurs biens détruits et vandalisés, sans parler des graves risques pour la biosécurité et le bien-être des animaux que ces extrémistes aveugles entraînent avec eux », a déclaré David Littleproud le 13 décembre.

Lire aussi « Vidéos intrusion en élevages : l'Assemblée refuse de retirer l'avantage fiscal aux associations ».

Lire aussi « [Juridique] Intrusion dans une parcelle agricole : s’interposer n’est pas la bonne réaction ».

(Aide à la traduction : DeepL)

 

Les plus lus

[Covid-19] Agriculteurs : téléchargez l'attestation obligatoire au-delà de 10 km et pendant les horaires du couvre-feu
Pendant le confinement, les agriculteurs continuent à travailler. Pour les déplacements au-delà de 10 km ou pendant les horaires…
Emilie Faucheron
Vignes, fruits, betteraves anéantis par le gel : des agriculteurs témoignent
La gorge nouée, émus, des vignerons, arboriculteurs et betteraviers témoignent sur les réseaux sociaux des dégâts considérables…
Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d'Or
[Pac - Manifestation à Dijon] Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d’Or : « On m’a mis les menottes dans le dos, comme un délinquant »
Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d’Or, en Gaec sur une exploitations polyculture élevage (limousines…
Gel
Une deuxième vague de froid, plus humide, attendue après le pire gel qu’ait connu l’agriculture française depuis 1950
Les agriculteurs français viennent de vivre un épisode de gel catastrophique et doivent se préparer au retour d'un froid, moins…
Religieuses et agricultrices : elles recherchent 700 000 € !
Dans le Gers, une communauté de moniales cisterciennes est installée depuis 1949 à l’abbaye de Boulaur. Le site abrite une…
Serge Zaka (ITK)
[Météo] Les records de la vague de chaleur plus graves que l'épisode de gel pour l'agriculture
Sur son temps personnel, le passionné Serge Zaka, docteur en agroclimatologie chez ITK et administrateur de l’association…
Publicité