Aller au contenu principal

Méthanisation : le gisement de Cive pourrait être multiplié par sept en France selon une étude

Selon une thèse de l’université de Paris-Saclay, le gisement de cultures intermédiaires à vocation énergétique (Cive) pourrait être multiplié par sept en France.

Cultures intermédiaires à vocation énergétique
© Ludovic Vimond

Avec le développement de la méthanisation, la conduite des cultures intermédiaires change pour produire plus de biomasse. Elles sont fertilisées, potentiellement avec le digestat de méthanisation, et récoltées avant maturité. On parle alors de cultures intermédiaires à vocation énergétique (Cive).Il existe un double questionnement concernant les Cive :  sur la quantité d’énergie qu’elles peuvent produire à l’échelle nationale et sur les impacts associés à leur intensification.

 

Le gisement de Cive pourrait monter de 16,7 à 115,1 TWh

La thèse intitulée « Insertion de cultures intermédiaires énergétiques dans les systèmes de cultures en France : évaluation multi-échelles du potentiel de production et des impacts eau-azote-carbone » rédigée  par Camille Launay soutient que le gisement Cive pourrait être multiplié par sept en France par rapport aux précédentes estimations réalisées entre autres par l’Ademe en 2021. Il pourrait monter de 16,7 à 115,1 TWh, dépassant largement les précédentes estimations (entre 5,9 et 55,3 TWh). 

Lire aussi : Méthanisation : cinq conseils pour bien intégrer ses Cive d’hiver dans la rotation

 

Quels impacts environnementaux ?

Concernant les impacts environnementaux, la thèse estime que les Cive sont bien « un levier d'atténuation du changement climatique malgré leur fertilisation et l'augmentation des émissions de N2O associée ». En plus de substituer du gaz fossile par du biométhane, elles stockent plus de carbone dans les sols que les CIMS  (culture intermédiaires multiservices) grâce à leur biomasse plus importante fait remarquer Camille Launay qui ajoute qu’elles réduisent la pollution au nitrate mais dans une moindre mesure que les CIPAN (Culture intermédiaire piège à nitrates) car les espèces choisies sont moins efficaces. Elle ajoute : « Il est très probable que les Cive diminuent la production alimentaire en diminuant le rendement des cultures de printemps qui leur succèdent ».

Lire aussi : Méthanisation : « Nous intercalons nos Cive d’hiver entre le blé et le maïs »

 

Augmentation de la consommation d’eau

Les CIMS aussi peuvent impacter négativement le rendement de la culture suivante mais leur gestion plus souple offre plusieurs leviers d'évitement peut-on lire dans la thèse. Selon Camille Launay, l'augmentation de la fertilisation dans les séquences de culture intégrant des Cive diminue l'atténuation de la dépendance aux énergies fossiles et augmente la volatilisation d'ammoniac et donc la pollution de l'air. Elle souligne par ailleurs que les CIMS et les Cive augmentent toutes deux la consommation d’eau, ce qui diminue la recharge potentielle des nappes et aussi la disponibilité de l'eau pour les cultures principales suivantes. L'espèce de couvert utilisée est le premier facteur de variation, puis à même espèce, la quantité de biomasse produite.

Les plus lus

Paysage agricole
Quel prix des terres agricoles en 2023 ?

Après deux années de progression, le marché foncier agricole s’est stabilisé en 2023 avec des surfaces en baisse mais une…

Homme votant pour les élections européennes
Elections européennes : pour qui les agriculteurs vont-ils voter ?

Une enquête réalisée par le Cevipof et l’Agro Toulouse avec le groupe Réussir éclaire sur les intentions de vote des…

Parlement européen
Résultats aux élections européennes : quelles conséquences pour l’agriculture ?

Les résultats des élections européennes en France et dans les autres pays européens sont tombés. Quel impact pour les…

Terres agricoles et bâtiments d’élevage en Bretagne
Comment évolue le prix des terres agricoles en Bretagne ?

Le prix moyen des terres agricoles en Bretagne reste assez stable en 2023. Une stabilité à laquelle participe la Safer…

  Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, devant son troupeau de montbéliardes.
Confidences d’Arnaud Gaillot au terme d’un mandat intense à la tête des Jeunes agriculteurs

Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, a accepté de nous recevoir plus de deux heures sur son exploitation…

projet 270 000 désert algérie
270 000 vaches en plein désert : le projet fou qatari pour produire du lait en Algérie

L’Algérie vient de signer avec le Qatar un accord pour l’implantation d’une ferme gigantesque qui accueillera 270 000…

Publicité