Aller au contenu principal

Le futur agronomique sera statistique et numérique

© Bordeaux Sciences Agro

Quelles sont les conséquences de la révolution numérique pour le métier d'agronome ? C’est sur ce sujet crucial que se sont focalisées les discussions lors de l'Assemblée générale de l'Association française d'agronomie à Paris, le 30 mars.

Un élément de réponse est venu de Gilbert Grenier, enseignant-chercheur à Bordeaux Sciences Agro : « Il faut faire des géostatistiques dans nos formations ». Partant du constat que « l'agriculteur devient producteur de données, » pour le professeur, c’est une évidence : « il lui faut des experts pour les analyser.» La production massive de données change les méthodes de travail des agronomes et les écoles doivent adapter leurs formations.

Formation, adaptation

Des étudiants formés, d’accord. Mais quid de ceux qui ne sont plus dans les écoles ? De nombreux secteurs d’activité sont aussi en mutation avec le numérique. Et là, il va falloir aussi former les esprits. Exemple. Pour Jean-Marie Seronie, agroéconomiste, le métier de conseiller en agriculture tel qu'il est pratiqué aujourd'hui va disparaître. Ceci en raison de la multiplication des échanges directs entre agriculteurs notamment.

Le spécialiste de l’économie agricole met en avant par ailleurs le rôle majeur que va tenir « la foule » grâce aux plateformes numériques. « Demain, en quoi aurais-je le plus confiance ? 100 000 avis de consommateurs qui disent que tel produit est bon ou un label rouge payé par celui qui le demande ? ».

Oh là, Mr Seronie, tout doux, ne tirons pas à boulets rouges sur les labels. Quand on disait révolution, on pensait plutôt évolution, transition…

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Le kernza, une céréale pérenne, « modèle et prometteuse » pour diversifier les systèmes
C’est une nouvelle culture qui pourrait diversifier les systèmes. Le kernza est une céréale pérenne. Elle fait l’objet de…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Franck Reynier dit « Non au RIP » sur Facebook : « Nous avons trop subi, on est en train de réagir »
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
Publicité